Der Spiegel (Germany)

Kiss me

They were teen stars from a village near Magdeburg. As megastars they fled to LA. And today?
Bill kisses. Easy to say, but the action itself is difficult. “I’ve never kissed someone on camera before”, says Bill, “I’m shy.”

The first scene while filming in LA for the video of the new single of Tokio Hotel: Bill Kaulitz sits in the middle of the couch, on his right a brunette, on his left a blonde, behind him a redhead and around that young, good looking, half naked people, close together, kissing.
Second scene: Bill joins the gang, imposes himself inbetween two women who are making out, takes one; around them young, good looking, half naked people, close together, all kissing.
Third scene: the same.

In the fourth scene Bill sits on a directors chair and explains how awkward the start was and he tells about this shock: he immediately got a kiss with a lot of tongue and got a bit tongue-raped. Now he’s used to it though: “No holding back anymore.”.
Bill wears pants and suspenders, his upperbody is naked. He stands in front of an old hotel pool, without water, the stones are crumbling, the paint is coming off, once the olympic games were held here, 1932. Now, for the fourth scene, the good looking, half naked women have gathered at te bottom of the pool, close together, Bill looks at it and says: a bit more skin would’ve been better, you’ll have to see some breasts.
“Love Who Loves You Back” is the name of the song, which this video belongs to, and “Love Who Loves You Back” is the video with which they show they’re still around. Next week their new album “Kings of Suburbia” gets released.

They’re now, being mid-twenties, basically veterans. The press announcement of the record label makes Tokio Hotel out to be brave heroes, that know very well that people in this business can’t just disappear for 5 months, let alone 5 years. For Tokio Hotel other rules apply. They already took over the world once. Now they’ll try again. With music, thats 100% Tokio Hotel, most of it is even produced by them.
What’s clear so far: Tokio Hotel doesn’t sound like Tokio Hotel. Tokio Hotel has always been German Poprock, now it’s mostly just pop, only in English, one ballad, Tom on the piano and Bill with an unusual high voice.
Besides that it’s more electronic, perfectly styled, international club culture.
This song, “Love Who Loves You Back”, Bill says during a break while filming, doesn’t take love too seriously: “Sometimes you have to take what you need, it’s not always about true love. No one likes to be alone: Just take someone who loves you back. Nevertheless, I believe in true love!”

Tokio Hotel are Germans big stars. They sold seven million albums worldwide, in 68 countries they got Platinum, there were 500.000 people at their concert by the Eiffeltower in 2007. It’s not that they’re being hated on in Germany, but it does seem as they’re being hated just as much as they’re loved. 4 years ago Bill and his twinbrother Tom moved to Los Angeles. “Run away,” Bill calls it, “We simply ran away.” They lived in a villa in Hamburg back then, a “beautiful prison”. 24 hours security, fences you couldn’t see through, people standing in front of the door. When they went out they mostly sat behind a barrier, “like in a zoo”, surrounded by people, who looked and took photos. They came back home for their birthday, the 21st : Their underwear was rummaged through, photos were looked through. “I felt violated”, Bill says. “The house was so unfamiliar to me, I even ashed on the floor,” Says Tom. After the burglary they didn’t sleep a night in their villa, for four weeks they stayed at Grand Hotel Heiligendamm, they flew to LA with a private jet.
They wanted a break, away from the media. Reporters write about Bill: “His cheeks are sunken, Gold Jewelery hangs around his neck. His tattoed spider-arms are sticking from his leder jacket, he wears his cap deep over his pierced face.” And: “Tom barely smiles happily in his baggy clothes – and has clearly more muscles.”
It’s always been about looks, no article about Tokio Hotel without it. “Aliens”, “Ousiders”, “Androgynous”, “Mangas”. And always: Is Bill gay already? Anorexic? Often looks make a star a superstar. Lady Gaga and Madonna look neat on their childhood photos, wearing a headband and a sweet, innoncent look. Later they turned into art people. That wan’t the case with Tokio Hotel. They already looked like stars, living in Loitsche, with 700 residents, near Magdeburg.
When he was 9 years old, Bill dyed his hair and wore black eye make-up, Tom had dreadlocks, classmates turned their heads, teachers scolded: that’s not the way you come to school. It would’ve been more difficult if people didn’t talk about them, says Bill a few years ago in a documentary.

In primary school the brothers write their first songs, perform at village festivals, called themselves Black Question Mark. Then Gustav came along, the drummer, and Georg, the bassist. They called themselves Devilish. A local newspaper praised their devilish good gitarsounds. Bill tried at the castingshow “Star Search”, didn’t make it far, but a producer paid them a visit when they were performing in Gröninger Bad. Two years later they sign a record deal at Universal, Bravo makes them big, New York Times writes about them. Their first single is called “Durch Den Monsun”. Starting off with success in Europe, then North-America. First they get compared to Nena, then the Beatles. They win award after award, and if they cheer they say “On me,” as you can still see today on their Youtube channel.
When he’s 18 Bill doesn’t know anymore how it works in a supermarket, as you can see in a video. He went their during a trip to America with his team and they filmed how he walked through the aisles, looking for toilet paper and toilet blocks, bought sweets and couldn’t figure out how to scan the groceries yourself at the checkout. “Hey people, thats revolutonary! No casier, that gets in your business? How cool is that!”
As teens they became stars, but they weren’t typical teenstars. They were little puppets, not like Britney Spears that shaved her head off to show: I’m independent! They had their own sound. Their image, their lyrics: always rebelious – we’re breaking free. Clear profile (outsiders), clear fanbase (only kids like pop), clear massage (be yourself, live every second, live your dream) – Billion success.

And now, how have they developed, so far away from Germany? Did they grow up? Two days after filming the video they give an interview, the first time in a while with all four of them. Meeting point: SoHo House, a exclusive club at Sunset Boulevard, West Hollywood. Bill and Tom are members of all SoHo Houses, worldwide, costs a year: 1400 dollar. For people older than 27: 2800 dollar.
“I like clubs with memberships a lot, you’re not getting interrupted there,” Tom says.
“I like that you’re not allowed to take photo’s here: You drive into the underground parking lot, go upstairs and you don’t have to walk on the street. You’re well entertained here,” Bill says.
That it all starts again with Tokio Hotel is awesome, says Gustav. It feels as yesterday was the last time, says Georg. They drink ice tea.

The looks, you can’t avoid it, still noticeable. Georg (black pants, white shirt), Gustav (jeans shorts), Tom (baggy jeans, white sweatshirt), Bill (completely in beige: plateau shoes, fold pants, see through shirt and suspenders).
Tom and Bill speak mostly as the words come, somewhere in between Tom does his speech, a bit immature, the others laugh: “If I could, I could think of something else thats creative: Pornstar, where you can paint, though with a different ‘brush’.”
When they fled to LA, they couldn’t hear the name Tokio Hotel anymore. “We lost the fun, we were so drained, we didn’t had anything to tell anymore. I knew, if we don’t take action, the next album will be shit.”
Would the band be over then?
“I think it would’ve gone bad. I don’t want an album that’s just ‘ok’. Better take a break and then something awesome. Most people discourage it, saying it’s career suicide. We didn’t care.”
They just wanted to live: Decorated their house, bought pans, filled their fridge, went to the beach, walked their dog, got coffee at Starbucks, went to the cinema. In Germany the cinema worked as well, Bill exlains: “I called my assistents, they called the security and then it was planned. When we wanted to see a movie, we had to rent the cinema. The smallest things turned into the biggest hassle.”
For their 20th birthday they rented the Heide Park in Soltau and drove with the car from rollercoaster to rollercoaster. Now for their 25th birthday, begin september, they went 1.5 days with friends to Palm Springs: Bill found the hotel online, 5 stars, spa and booked it in his name.
This ‘new life’ was also weird: When Bill needed a Social Security Number there was a long line at the government. “Do I have to wait with everyone else now? Can’t I let my assistant do it?”
They first got some connections, said Tom. They have acquaintances now who they go out with at night, have a drink, they didn’t have that before.
Around people it’s a bit awkward though, says Tom. He and Bill simply couldn’t have small talk. They never learned that, cause of always being protected. When new people come up to them they’re just staying there, saying nothing. “And what do you do?” – “Music.” And the rest they have to guess, says Bill. “Everyone thinks we’re super weird.”

In this ‘new life’ they finally find music. It’s not the music of a German band that moved to LA anymore. It’s the music of musicians that live in LA. The inspiration was the night life, says Bill, life overall, freedom, what’s important and has a meaning and what not, the feeling: “we’re doing what we want to.”
They party a lot, maybe too much, cause they finally can for the first time. “No one recognized me,” Says Bill. “I could go to clubs and get lose, get hammered, without fear that someone took photos.”
Their studio sessions were half parties: A house in Hollywood Hills, that’s where they partied and makde some music, often exhausted, sometimes drunk, till the sun comes up.”

As free as in LA, he never felt before, says Bill: “This is the max, even more free is barely possible, only when I go to India.” Tom: “Yes, we still wanna do that.” Bil: “Just with a backpack.” Tom: “I would sell everything I own beforehand.” Bill: “That would be a true adventure.” Tom: “That will be something completely different, something I’ve never experienced before. I also don’t wanna have too much money with me, I know myself, I’ll book a hotel and miss out on the actual experience.”
But there’s no real plan to do so yet. Begin October they go back to Germany for a performance at “Wetten, dass…?”. The Question is, what do they still want there.

translation by tetricflow

.

spi spi2 spi3

.

Article-Der Spiegel,”Embrasse moi”, 21.09.2014

Ils étaient des ados stars d’un village près de Magdeburg. Devenus mégastars ils ont fuit à Los Angeles. Et aujourd’hui ?

Bill embrasse quelqu’un. Sujet, verbe. Une phrase simple mais la chose en elle-même est compliquée. « Je n’avais jamais encore embrassé quelqu’un devant la caméra », avoue Bill, « j’étais vraiment timide. »

Première scène du tournage à Los Angeles pour une vidéo du nouveau single de Tokio Hotel : Bill Kaulitz est assis au milieu du canapé, à droite une brune, à gauche une blonde, sous lui une femme aux cheveux roux et au-dessus des jeunes, beaux, à moitié nus, serrés les uns contre les autres et s’embrassant les uns les autres.

Deuxième scène : Bill marche le long d’un couloir, poussé entre deux femmes, qui se vengent, l’agrippent ; au dessus des jeunes, beaux, à moitié nu, tous serrés les uns contre les autres, tous s’embrassant.

Troisième scène : idem.

Avant de tourner la quatrième scène, Bill est assis sur une chaise de régie et raconte à quel point le début a été bizarre, et parle du choc qu’il a eu, car il vient d’embrasser une fille qui a utilisé énormément sa langue et l’a embrassé un peu « violemment ». Mais maintenant il s’y est habitué. « L’embarras a disparu. »

Bill porte un pantalon étroit et des bretelles, il est torse nu. Il se tient devant la piscine vide de l’hôtel sans eau, la pierre est friable, les couleurs passées, des compétitions olympiques ont eu lieu à cet endroit, en 1932. A présent, pour la quatrième scène, ils ont réuni sur le sol de la piscine de jolies jeunes femmes, à demi-nues, elles se tiennent les unes contre les autres, Bill observe la scène et dit : un peu plus de peau serait bien, on doit aussi voir un peu plus de poitrine.

« Love who loves you back » est le nom de la chanson pour laquelle on tourne la vidéo, ils ajoutent à ce sujet: la semaine prochaine sort leur nouvel album, « Kings of Suburbia ».

Ils ressemblent maintenant, à 25 ans à des vétérans. Le communiqué de presse de la maison de disques présente Tokio Hotel comme des héros courageux, qui savent exactement qu’ils ont le droit de disparaître de la société non pas cinq mois, mais bien cinq ans. D’autres lois sont valables pour Tokio Hotel. Ils ont déjà conquis le monde une fois. Et maintenant une nouvelle fois. Avec de la musique, qui est 100% Tokio Hotel, dont la grande partie a été produite par eux-mêmes.

On remarque directement que Tokio Hotel ne sonne plus comme Tokio Hotel. Tokio Hotel était auparavant un groupe pop-rock allemand, maintenant c’est plus de la pop, plus anglais, au milieu une balade, Tom au piano et Bill avec une voix inhabituellement aiguë. Et sinon, plus électro, parfaitement stylisé, entrainant, la culture internationale des clubs.

Cette chanson, explique Bill pendant une pause dans le tournage de « Love who loves you back », est une chanson qui ne prend pas l’amour au sérieux. « Parfois on devrait juste prendre ce sont on a besoin, ça n’est pas tout le temps le grand amour. Personne n’aime rester seul. Trouve simplement une personne qui t’aimera en retour. Je crois cependant au grand amour !

Tokio Hotel sont des mégastars allemandes. Sept millions de disques vendus à travers le monde, dans 68 pays ils ont reçu des disques de platine, 500 000 personnes ont assisté à leur concert à la Tour Eiffel. Ce n’est pas comme si Tokio Hotel n’était que détesté en Allemagne, mais il semble qu’ils soient autant détestés qu’aimés. Il y a quatre ans Bill et son frère Tom ont déménagé à Los Angeles. « Enfuit », précise Bill, « nous avons simplement filé ». Ils habitaient auparavant dans une villa à Hambourg, une « jolie prison ». Une sécurité 24H/24, une clôture épaisse, dehors, des personnes en permanence devant la porte. S’ils sortaient, ils se cachaient, « comme au zoo », des gens partout, qui les regardaient bêtement et les photographiaient. Ils ont fêté leur anniversaire, leurs 21 ans, et sont rentrés chez eux : les sous-vêtements étaient éparpillés, on avait fouillé dans les photos. « J’ai eu l’impression d’avoir été violé », avoue Bill, « je laissais même les cendres de cigarette tomber à terre, tellement la maison m’était devenue étrangère », révèle Tom. Après le cambriolage, ils n’ont plus dormi à la villa mais ont passé quatre semaines au Grand Hotel Heiligendamm, et sont partis en jet privé à Los Angeles.

Ils voulaient avoir une pause, trouver le calme loin des médias. Loin des journalistes qui disaient de Bill : « les joues creuses, les bijoux en or qui font un bruit de cliquetis sur le torse. Les bras fins et tatoués qui sortent de la veste en cuir, la casquette qu’il porte enfoncée sur son visage percé. ». Et à propos de Tom : « il sourit rarement amicalement, et a visiblement plus de muscle sur les côtes. » L’apparence, voilà de quoi traitaient continuellement les articles, aucun article ne sortait sur Tokio Hotel sans les mots « Aliens », « marginaux », « allures androgynes », « mangas ». Et toujours : est ce que Bill est homosexuel ? Anorexique ? Souvent l’apparence d’une star fait d’elle une mégastar. On voit Lady Gaga et Madonna sur des photos avec des enfants, avec une simple raie dans les cheveux ou un serre-tête, avec des regards doux et innocents. Des figures de l’art, elles le sont après. Tokio Hotel n’a pas à passer par là. Ils ressemblent déjà à des stars, ils habitent encore à Loitsche, 700 habitants, près de Magdebourg.

Bill s’est teint les cheveux de neuf couleurs et se maquillait les yeux de noir, Tom portait des dreadlocks, en tant qu’écoliers, ils ont du faire demi tour, les professeurs étaient en colère : ils ne sont plus allés en cours. Quand les gens ne parlaient pas de lui, révèle Bill quelques années plus tard dans un documentaire, alors c’est devenu pire que s’ils avaient dit quelque chose.

A l’école élémentaire les frères ont écrit leurs premières chansons, montaient sur scène au fête des villes, se sont appelés Black Questionmark, ensuite sont arrivés Gustav, le batteur, et Georg, le bassiste, et ils se sont appelés Devilish, car une journal régional a loué le bon son démoniaque de la guitare. Bill a tenté le show « Star Search », a vite été éliminé, un producteur est venu voir le groupe, lorsqu’ils ont joué au Gröninger Bad, deux ans plus tard ils signaient un contrat avec Universal, Bravo les a fait grimper au sommet, le New York Times a écrit sur eux. Leur premier single s’appelait Duch den Minsun, du succès d’abord en Europe, ensuite en Amérique du Nord, là bas un journaliste les compare avec Nena, les Beatles. Ils gagnent prix après prix, et quand ils trinquent, on peut encore les voir aujourd’hui sur leur chaîne YouTube, dire : « à moi ! »

On peut également voir dans une vidéo, qu’à 18 ans, Bill ne savait plus ce qu’était d’aller dans un supermarché. Alors c’est ce qu’il a fait avec son équipe lors d’un voyage aux USA et on l’a filmé en train de marché dans les allées, chercher des produits WC ou du papier toilette, acheter des bonbons et se débrouiller, car il a pu au moment de payer scanner lui-même les produits. « Hey les gars, je trouve ça révolutionnaire ! Pas de caissier qui me m’embêtent ? C’est vraiment génial ! »

D’adolescents ils sont devenus des stars, mais ils n’ont jamais été des ados stars typiques. Ils n’étaient pas des marionnettes, pas comme Britney Spears, qui a besoin de se raser la tête pour montrer : salut ! je suis indépendante ! Ils avaient leur propre son. Leur image, leurs textes. Toujours rebelles-on se tire. Des profils clairs (des marginaux), une base de fans claire (les enfants aiment déjà la pop), des messages claires (soi toi-même, vis chaque seconde, vis tes rêves-des succès par milliards.

Et maintenant, comment ont ils évolué, loin de l’Allemagne ? Sont ils devenus adultes ? Deux jours après le tournage de la vidéo ils ont donné une interview, pour la première fois tous les quatre depuis un long moment. Point de rencontre : SoHo House, un club exclusive sur Sunset Boulevard, West Hollywood. Bill et Tom sont membres de tous ces clubs, à travers le monde, prix à l’année : 1400 dollars. Pour les plus de 27 ans : 2800 dollars.

« J’aime être membre d’un club, on n’y est pas dérangé », dit Tom.

« J’aime le fait de ne pas être pris en photos. On rentre dans le garage souterrain, on monte directement et on n’a pas à aller dans la rue. On peut se cacher facilement », dit Bill.

Le fait que Tokio Hotel reprenne est génial, dit Gustav. On a l’impression qu’on a a fait ça avant-hier, ajoute Georg. Ils boivent du thé glacé.

On ne peut pas mettre de côté l’apparence. Au rang de la singularité. Georg (pantalon noir, T-shirt blanc), Gustav (pantalon en jean jusqu’aux genoux), Tom (baggys, sweatshirt blanc troué), Bill (tout en beige : des Buffalos à plateaux, pantalon pattes d’éléphant, T-shirt transparent et étroit, bretelles.)

Avant tout, Bill et Tom parlent comme les mots leur viennent, d’ailleurs Tom parle avec son habitude, le plus souvent avec quelque chose d’adolescent, les autres rient. « Donc, par la suite je peux m’imaginer d’autres choses créatives : en star du porno, on peut peindre un peu, avec une autre sorte de pinceau ».

Lorsqu’ils ont fuit à Los Angeles, dit Bill, je ne pouvais plus entendre le nom « Tokio Hotel » : « nous avions perdu l’envie, nous étions au bout du rouleau, nous n’avions plus rien à raconter. Je savais que si nous ne faisions pas une pause, l’album serait une merde. »

En était ce fini du groupe ?

« Je crois que nous aurions fait quelque chose de mauvais, ça aurait été bâclé. Un album qui est seulement « ok », je n’en voulais pas. C’était mieux de faire une pause et ensuite de pouvoir faire quelque chose de génial. La plupart nous le déconseillaient, ils pensaient, que ce serait un suicide pour notre carrière. Ça nous était égal.

Ils voulaient simplement vivre. Sortir de la maison, acheter des casseroles, remplir eux-mêmes le frigo, aller à la plage, aller se promener avec les chiens, acheter un café au Starbuck, aller au cinéma. En Allemagne, c’était devenu, comme Bill le raconte : « j’appelais un assistant, ensuite la sécurité, et tous panifiaient la sortie. Quand nous voulions voir un film, nous devions louer le cinéma. La moindre petite chose était devenu impossible. »

Pour leur vingtième anniversaire, ils ont loué le Heide Park à Soltau et ils sont allés de manèges en manèges. Cette année, pour leur 25ème anniversaire, début septembre, ils sont allés à Palmspring pendant une demi-journée : Bill avait cherché l’hôtel sur le net, cinq étoiles, spa, et avait réservé sous son nom.

Cette nouvelle vie était cependant bizarre. Lorsque Bill a eu besoin d’un numéro de sécurité social, il y avait au bureau une longue file d’attente. « est ce que je dois attendre avec tout le monde ? est ce qu’un assistant ne pourrait pas le faire ? »

Il s’était pour la première fois « connecté », dit Tom. Il a maintenant des connaissances, avec qui il sort le soir, boire un verre, ça, ça n’existait pas avant. Etre parmi les gens, dit Tom, c’était encore un peu bizarre. Lui et Bill, ils ne peuvent pas simplement papoter tous les deux, ils n’auraient jamais appris à le faire, car ils étaient en effet isolés. « et on fait quoi maintenant ? »-De la musique ». On devait se sortir tout le monde de la tête, dit Bill, « tous pensaient que nous étions super bizarres. »

Dans cette nouvelle vie ils ont trouvé à un moment de nouvelles musiques. Ce n’est plus la musique d’un groupe allemand qui a déménagé à Los Angeles. C’est la musique de musiciens, qui vivent à Los Angeles. L’inspiration dit Bill, c’était la vie nocturne, la vie en elle-même, les sorties, la liberté, ce qui est important pour quelqu’un et qui a une signification, ce qui n’en a pas, ce sentiment : nous faisons ce que nous voulons. »

Ils font beaucoup la fête, peut-être trop, parce qu’ils peuvent le faire pour la première fois. « Personne ne m’a reconnu », dit Bill. « Je pouvais entrer dans les clubs, être bousculés, sortir complètement bourré, sans avoir peur que quelqu’un me photographie. » Leurs sessions en studio étaient à moitié une fête : une maison sur les collines d’Hollywood, ici ils font aussi la fête et ils font en même temps de la musique, souvent « exténué, parfois bourré, jusqu’à ce que le soleil se lève. »

Être libre ainsi à Los Angeles, dit Bill, il n’a jamais eu cette sensation. « C’est le maximum, être plus libre que ça actuellement, c’est rare, peut-être que j’irai en Inde ». Tom : « oui, ça aussi on le fera. ». Bill : « seulement avec un sac à dos ». Tom : je vendrai tout avant. » Bill : « ce serait une vraie aventure ». Tom : « ce serait complètement différent de ce que nous avons vécu. Je ne veux pas prendre beaucoup d’argent, sinon, je me connais, je réserverai un hôtel et je passerai à côté de la vraie expérience. »

Ils n’ont pas encore de plan concret à ce sujet. Début octobre il est question d’une apparition à « Weten dass… ? » en Allemagne. La question est : que veulent ils de plus ?

Traduction par la ST France.

1 Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s