INTERVIEW: Mate Magazine [Fall 2014]

“Bill & Tom Kaulitz about growing up”

Idolized, dismissed, celebrated and sneered at, but never overlooked: After the release of their debut single “Durch den Monsun”, Tokio Hotel became one of the most successful German music export of the past decade. Especially in France the band found a buyership and their singles and albums found a spot in the French charts. By now, even the average German who listens to music has come to terms with the expressive style of frontman Bill Kaulitz – you could even say that people are proud of the four boys from Germany, because they made it abroad – a rarity for German artists. In our interview with Bill and Tom Kaulitz, we intended to find out where they have been in the past four years, if we will – at one point – get to see Bill wear a plain T-Shirt and Jeans and especially: how the new album sounds.

Your, by now, fourth studio album will be released soon. It’s been five years since you released your last one. A year after releasing “Humanoid” you decided to take a break from your life in the limelight and moved to Los Angeles.
Bill: Yes, frightentingly, four years already passed.

Why did you choose to move to America specifically?
Bill: It was a spontaneous decision. We knew we had to leave Germany, and we already knew some people in L.A. – therefore it could’ve been any other city. At that time we had been looking for a secondary residence for a while now and didn’t even intend to move out of Germany completely.
Tom: After the situation had gotten so crazy in Germany, we basically just ended up moving away over night. We hadn’t even seen the house we would move into, we just chose it online. Then we simply packed our things and moved, without a return ticket.

How hard was “doing nothing” for you?
Both: Not hard at all! (laugh)
Bill: It would be stupid to say that we worked on the album the whole time. At first we really didn’t do anything. We simply chilled and did things that we didn’t have time to do before.

In 2013 you were part of the Jury for “DSDS”. Was this because you did miss being on stage a little?
Bill: We just didn’t have the time for such things. When we were on the road with Tokio Hotel, being in the jury of a casting show was out of question. There were constantly offers for such a job, and at one point it was just so good that we couldn’t even say no to that anymore.
Tom: (laughs)

How did you stay in touch with your fans in the past four years? You uploaded a bunch of backstage videos on your Youtube-Channel. Was that a way for you to say: “Hey, we’re back!”?
Bill: Yes, we basically started with posting Tokio Hotel TV episodes again. We had already done this in the past. With the new album we started giving people a look into our life and a behind-the-scenes look at our studio work again.

Tom, in the official trailer for the new album we also see you mixing the songs, apart from just playing the guitar. When did you exchange the guitar for the mixing console?
Tom: It was more out of a necessity. When we started that whole process of picking the first songs, making music and meeting with producers again it all went in a direction that we didn’t want to go into. Writing sessions with other songwriters, for example, didn’t go the way we imagined them to. And that’s why I told Bill that we had to do everything on our own. We built up our homestudio and just started. It wasn’t even with the goal to produce the whole album. It just developed like that and now Bill and I are executive producers of the album and it just so happened that I produced a majority of the songs. It’s a great feeling, but it was – of course – only possible because we had so much time for that process to happen.

Let’s talk about the trailer again: Bill, in it you yourself say that you do say “no” to some songs that took hours to produce. Who in the band has the last word when it comes to choosing songs? Or is it indeed a group decision?
Bill: We’re pretending that it’s a group decision, but in reality I’m the one pulling the strings in the background (grins). Of course we do decide it together, and we make sure that everyone can live with the decision. We know what’s important for the other. Tom knows, that if I say “No” to a song in a specific way, he knows that he doesn’t even have to try to convince me otherwhise, because he knows he won’t change my view on it – he let’s it go and vice versa.

Who’s responsible for the lyrics?
Bill: We all wrote the album together.
Tom: But the majority of them have been written by you.
Bill: Of course I’m mainly responsible for the lyrics. A few songs have been completely written by us, others with other songwriters and producers.
Tom: If the lyrics are brilliant and on point, then they’ve been written by me. Everything else by Bill. (grins)
Bill: (laughs)

You’re using more more electronic effects and vocoders – is that the direction Tokio Hotel will be taking musically in the future?
Tom:  Especially when it comes to the vocal effects, I wouldn’t really say that that is where our musical style is going. It always depends on the song. We didn’t set a goal to use a vocoder or autotune. There are vocals you can do a lot of different things with, and this sounds cliché, but then there are also some that even sound good with an obscene amount of autotune, and that’s the category Bill’s voice fits into. At first I left those effects out of the song, because I thought that they weren’t needed. But then Bill kept on singing flat, because he can’t sing so the effects were needed. (grins, Bill laughs)
Bill: We didn’t really think of a direction we wanted to take the album in. That was also partly a reason why we took a break, because we didn’t really know what we wanted to do musically. But since so much time passed, a lot of things happened. You change and develop a different taste. The album was also inspired by the nightlife, since we went out and partied a lot. We wanted to make music that we, ourselves, love listening to.

What was the last album you bought?
Tom: I mostly just buy songs. I just recently bought a song from – how is he even called? José?
Bill: (jumps in) Hozier or something. I don’t even know how to pronounce his name.
Tom: What’s the song called?
Bill: “Take Me To Church”
Tom: “Take Me To Church”. That’s the one I bought. We created our own playlist on Spotify in which we hid the clue for the release date of our album. The playlist pretty much reflects our music taste.
Bill: I also love Robyn. I buy every song she releases. I also really like Ellie Goulding.

The styling was also always an important part of Tokio Hotel. What can we expect there?
Bill: You can expect a lot. (both laugh) Apart from the music, the visual aspect of everything is also very, very important. We had a great photoshoot the other day where we just let loose. My style constantly changes anyway.
Tom: Bill definitely let loose, the rest of the band just relaxed. (laughs)

Bill, you also wear costumes on stage that don’t really look all that comfortable. Do you sometimes wish to just play a show in a simple T-Shirt and Jeans?
Bill: When I go out with my dog I also sometimes wear sweatpants. It would never even cross my mind to wear that on stage. When we’re on tour and I don’t have an outfit to wear I feel really uncomfortable. Wearing a basecap, jeans and a t-shirt on stage would probably make me feel really insecure.

You always gave off that vibe of handling the media in a very relaxed manner, especially you, Tom, seem like you’re having fun teasing journalists. How would you describe the relationship you have with the media?
Tom: Yes, we try to handle them in a very relaxed manner. But I do have to admit that this wasn’t always the case. I already had my first headline in BILD before our first song was even released. The next day I had to go to school and confront my colleagues there. As a young person you do get overwhelmed by it. At one point you just learn to deal with the situation, because it’s part of this job. It was a process, it didn’t just happen magically. You try and find a balance. When our career took off, we just did stuff that came our way. Now we do choose them wisely.

Do you think it was easier or harder for you to handle the media because you were so young?
Both: Easier.
Bill: I think when you’re that young you don’t really think about it. The older you get – and everyone probably knows that feeling – the more you think about this or that thing. You get nervous more easily and some things get harder for you to do. As a young person you just take things in stride. That’s like Alcohol or Drugs. As a young person you pulled an all-nighter and get up the next day. Today you think more along the lines: “Ok, when do I have to get up tomorrow?”

Are you grown-ups now?
Tom: We just recently had that conversation. We were sitting outside, the sun was just coming up because our rhythm is really skewed. I said: “We’re 25 now and I still feel like a little boy.”
Bill: I also don’t feel like a grown up. You’re just more mature in the sense that you put more though into what you do, and that you take more care of yourself. When you turn 25, people say that it just all goes downhill from there. (laughs)
Tom: That’s because when you look in the mirrow now you can actually see the traces of the night before on your face. (grins)
Bill: You always feel younger on the inside.
Tom: When I was 15 I felt like an adult.
Bill: Exactly! When I was 15-years old I went to clubs and thought: “How dare they ask me for an ID”. And today I just feel so young and almost shocked when people think that I’m older than I actually am. I believe that you learn a lot as time goes on. We will probably look back at this album and the interviews we gave, when we release our next one, and think: “Look how young and inexperience we were!”. I think you never really grow up in that aspect.
Tom: Especially when you can do what you want to. We’ve been doing that since we turned 15. (grins)

Translation by Icey

.

.

“Bill et Tom sur l’âge adulte”

Idôlatrés, rejetés, celébrés ou raillés, mais jamais ignorés : Tokio Hotel a réussi en quelques années, après la sortie de leur premier single Durch den Monsun, à devenir le groupe allemand le plus exporté de ces dix dernières années. Le groupe a également trouvé en France des ventes gratifiantes et les singles comme les albums une place régulière dans les charts français. En même temps, l’auditeur allemand s’est fait au style expressif du leader Bill Kaulitz-on est en effet réellement fier des quatre jeunes du pays, car ils ont réussi à l’étranger, là où d’autres artistes allemands se sont cassés les dents. Nous voulons interroger Bill et son frère jumeau Tom, sur l’endroit où ils se sont cachés ces dernières années, si nous recevrons Bill de nouveau en jeans et T-shirts et avant toute chose, sur le son du nouvel album.

Votre quatrième album est dans les startingblocks. Cinq ans se sont écoulés depuis votre troisième album. Un an après la sortie d’Humanoid, vous avez décidé de faire une pause dans votre vie publique et vous êtes exilés à Los Angeles.

Bill : Cela fait déjà quatre ans, oui.

Pourquoi avoir décidé de partir en Amérique ?

Bill : ça a été une décision spontanée. Nous a savions qu’il nous fallait partir d’Allemagne et nous connaissions quelques personnes à LA. Ça aurait pu être aussi n’importe quelle ville. Nous avions déjà commencé à chercher une deuxième maison et n’avions pas prévu de partir complètement.
Tom : quand c’est vraiment devenu fou en Allemagne, nous avons déménagé presque du jour au lendemain. Nous n’avions même pas vu la maison, dans laquelle nous avons déménagé, mais nous l’avions cherché sur le net. Ensuite nous sommes partis avec toutes nos affaires. Sans ticket de retour.

A quel point était ce difficile de ne rien faire ?

Tous les deux : ça ne l’était pas !
Bill : ce serait bête de dire cela, nous avions tout le temps pour travailler sur l’album. Au début nous n’avons vraiment rien fait. Nous nous sommes simplement reposés et fait des choses que nous n’avions pas eu le temps de faire jusque-là.

En 2013 on vous a vu à la télé allemande dans le jury de « Deutschland such den Superstar ». Parce que la scène vous manquait peut-être un peu ?

Bill : Nous avions simplement le temps de le faire. Quand nous étions tout le temps sur les routes avec Tokio Hotel, on ne s’est jamais posé la question de travailler en tant que jurés. On avait toujours des offres, et cette fois-ci l’offre était si bonne, que nous n’aurions pas pu dire non.
Tom : (rires).

Comment avez vous gardé le contact ces dernières années avec les fans ? Sur YouTube vous avez publié plusieurs vidéos montrant les backstages et le travail en studio-était ce votre manière de dire : « salut, nous sommes toujours là ? »

Bill : oui, nous avons recommencé en principe les Tokio Hotel TV. Nous l’avions déjà fait auparavant. Avec le nouvel album nous les avons repris, pour donner un aperçu aux gens sur notre vie et le travail en studio.

Tom, dans le trailer officiel du nouvel album, on te voit, entre autre, en train de mixer. Quand as tu échangé ta guitare contre la table de mixage ?

Tom : ça s’est fait par la force des choses. Quand nous avons commencé à composer les premières chansons, à refaire de la musique et à voir de nouveau nos producteurs, c’est allé dans une direction que nous n’avions absolument pas prévue. Les sessions d’écriture avec d’autres compositeurs ne se sont pas passées comme nous l’avions imaginées. C’est pourquoi j’ai dit à Bill, nous devons tout faire nous-mêmes. Ensuite, nous avons mis en place un studio à la maison et avons simplement commencé (à écrire). Pas du tout avec l’objectif de tout produire, mais les choses ont fait que Bill et moi sommes maintenant producteurs executifs de l’album et j’ai produit une grand partie des chansons. C’est un sentiment incroyable. Ça s’est fait naturellement, car nous avions beaucoup de temps.

Parlons encore un peu du trailer : Bill, tu racontes toi-même parfois renoncé à des chansons terminées. Qui a le dernier mot dans le groupe ? Ou bien est ce que le choix des chansons est une décision commune ?

Bill : nous faisons semblant de prendre la décision en commun. En réalité je suis celui qui tire les ficelles en coulisses. (rire moqueur). Bien sûr nous prenons la décision ensemble et on regarde si tout peut aller ensemble. Nous savons ce qui est important pour l’autre. Tom sait, quand je dis un « non » d’une certaine manière, qu’il n’a pas besoin de chercher à me faire changer d’avis, et laisse les choses ainsi. Et inversement.

Qui a écrit les textes ?

Bill : nous l’avons écrit tout ensemble.
Tom : la plus grande partie vient de toi.
Bill : bien sûr, les textes ont été écrit en grande partie par moi. Nous avons écrit complètement quelques petites choses, nous en avons écrit d’autres avec d’autres compositeurs et producteurs.
Tom : en fait, quand un texte est vraiment brillant et est au point, c’est parce que ça vient de moi. Tout le reste vient de Bill.

Vous ne jouez quasiment qu’avec des effets électroniques et des vocodeurs-est ce là le chemin que prend Tokio Hotel musicalement ?
Tom : déjà en ce qui concerne les effets vocaux, je dirais que ce n’est pas le « chemin » musical vers lequel on va. Cela dépend toujours des chansons. Nous ne nous sommes jamais dit que nous allions absolument utiliser des vocodeurs ou bien des autotunes. Il y a des voix avec lesquelles on peut faire beaucoup de choses et ça ne sonne pas bien. Et il y a aussi des voix, qui sonne très, très bien avec des effets exagérés, et ça se passe ainsi avec la voix de Bill. Au début je les avis mis de côté. Je pensais : non, peut-être on pourrait le faire de manière pure. Cela sonnait bien sûr toujours très faux, car Bill chante simplement comme de la merde. (rire moqueur, Bill rit).
Bill : nous n’avions pas réfléchi à une direction précise pour l’album. Nous avons aussi pris du temps, car nous ne savions vraiment plus ce que nous voulions faire musicalement. Durant un temps aussi long, il se passe bien sûr beaucoup de choses. On change soi-même et on développe d’autres goûts. L’album est aussi inspiré de la vie nocturne. Nous voulions faire de la musique que nous entendions en privé, que nous trouvions géniale et que nous avions envie de faire.

Quel a été le dernier album que vous vous êtes acheté ?

Tom : j’achète plutôt des chansons individuellement. Je viens justement de m’acheter celle de-comment il s’appelle ? José ?
Bill le coupe : Hozier ou quelque chose comme ça. Je ne sais pas comment on prononce son nom.
Tom : comment s’appelle la chanson ?
Bill : « Take me to the Church ».
Tom : « Take me to the Church ». Je l’ai acheté. Nous avons notre propre playlist sur Spotify, par laquelle nous avons annoncé à quelle date sortirait l’album. La playlist rassemble à peu près tous nos goûts musicaux.
Bill : j’aime réellement Robyn. Tout ce qu’elle fait, je l’achète. Je trouve également Ellie Goulding super.

Quelque chose qui était aussi important pour Tokio Hotel était le style. A quoi devons nous nous attendre ?

Bill : on peut s’attendre à beaucoup. (les deux rient). En marge de la musique, l’aspect visuel est très très important pour nous. Nous avons fait un shooting super et nous l’avons vécu à fond. De mon côté le style change tout le temps.
Tom : en fait, Bill l’a vécu pleinement, le reste du groupe s’est détendu.

Bill, tu montes sur scène avec un costume qui ne paraît pas très confortable. Tu ne penses pas un jour monter sur scène simplement en T-shirt et Jeans ?

Bill : quand je sors avec mon chien, je le fais en pantalon de jogging. Sur scène, ça ne me viendrait jamais à l’esprit. Quand nous partons, par exemple, en tourné, et que je n’ai pas de costumes, alors je ne me sens pas bien du tout. Je ne me sentirais pas à l’aise sur scène si je devais porter une casquette de base-ball, un jean et un T-shirt.

On a l’impression que vous vous sentez très détendus avec les médias, et plus encore, toi Tom, tu aimes beaucoup berner les journalistes. Comment est votre relation avec les médias aujourd’hui ?

Tom : oui, nous cherchons d’être détendus avec les médias. Mais je dois avouer que ça n’a pas toujours été le cas. J’avais déjà ma photo en première page, avant la sortie de notre premier single. Le lendemain je devais aller à l’école et m’asseoir avec les autres. Quand on est enfant on est vite dépassé. On s’habitue à cette situation parce qu’on en a l’habitude. Ça a été un processus et ça ne s’est pas fait dès le début. Entre temps on cherche une échappatoire. Quand le succès commence, on a pris ce qui arrivait. Maintenant on fait mieux les choses.

Pensez vous que c’est plus facile de supporter le tapage médiatique, parce que vous étiez jeunes, ou bien était ce plus difficile ?

Les deux : plus facile.
Bill : je crois que lorsqu’on est si jeune, on n’y pense pas beaucoup. Quand on est plus vieux-et tout le monde le sait-on réfléchit plus à telle ou telle chose. On est plus excité et certains chutent lourdement. Quand on est jeune on peut mieux encaisser les choses. C’est le cas pour l’alcool ou la drogue. Quand tu es jeune tu peux profiter toute la nuit, et tu te lèves le lendemain sans problème. Aujourd’hui on réfléchit déjà plus à l’heure à laquelle on doit se lever le lendemain.

Êtes vous maintenant des adultes ?

Tom : nous avons eu cette conversation une fois. Nous étions assis dehors et le soleil était en train de se lever, car nous avions ce rythme décalé. Alors j’ai dit : « maintenant on a 25 ans et je me sens toujours comme un petit garçon. »
Bill : je ne me sens pas non plus adulte. On est adulte quand on réfléchit plus et quand on fait plus attention. A partir de 25 ans, on se dit qu’on est sur la pente descendante !
Tom : c’est comme ça, parce que maintenant on regarde dans le miroir et on peut voir les traces de la nuit d’avant !
Bill : intérieurement on se sent toujours comme des enfants.
Tom : lorsque j’avais 15 ans je me sentais totalement adulte.
Bill : oui ! Quand j’avais 15 ans j’allais dans les clubs et je pensais que c’était inutile de me demande ma carte d’identité. Et maintenant je me sens totalement jeune et parfois je suis choqué lorsque des gens pensent que je suis plus vieux que je ne le suis. Je crois qu’on apprend toujours des choses. Visiblement nous pensons à l’album suivant avec cet album et les interviews, et nous pensons : « regarde comme on était jeune et inexpérimenté ! » Je crois qu’on ne sera jamais autant adulte.
Tom : on l’est quand on fait ce qu’on veut. Depuis que nous avons 15 on se lève et faisons en principe ce que nous avons envie de faire.

Traduction par la ST France.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s