NEW INTERVIEW | Suedtirolnews.it

We haven’t heard anything from Tokio Hotel in five years. The frontmen, Bill and Tom Kaulitz, moved to Los Angeles and found inspiration and freedom. In their interview with the news agency dpa the twins talk about the luxury of anonimity, screaming girls and their new album “Kings of Suburbia”.

Q: It’s been five years since you last released an album in Germany. Why did it take so long?

Bill: Tom and I moved to the US and afterwards we just wanted to get our private life straight in our head. We had been working for so long, without a break. Therefore we took a break and then slowly started recording again. A lot of artists drop one album after the next, which we find a little unnatural.

Q: So you found inspiration for you new album in the US?

Bill: Exactly. We were just able to lead a private life again. In Germany we couldn’t go out, we couldn’t do anything – we were basically “locked in”, which is why we thought: Were are we supposed to draw inspiration from? When we moved to the US, we were finally able to start living again – and you draw inspiration from life.

Q: Are you going back to Germany now?

Bill: No! We will continue living in the US. Tom and I just came to Germany last week, from L.A.

Tom: And we will fly back there. But now that the album is being released you don’t really live anywhere. On tour you’re always on the road and you don’t go home in between.

Q: You felt very uncomfortable, living in Germany. Would you ever consider coming back and doing it all again?

Bill: No, we’re only coming to Germany to perform here. I love Germany, I love being here but I can’t live here permanently. Regarding the band, we of course want to perform and play concerts in Germany. Then we’ll start travelling and the whole process starts again! But we’ll leave our private life in L.A.

Q: How unobserved of a life can you live in the US?

Bill: Very unobserved! You can’t even compare that. L.A. is such a huge city, a lot more anonymous. You put a basecap and some sunglasses on and go out. It’s easy to disappear there.

Tom: In Germany everything is a little more intimate and smaller. We love the anonymity – for others it might feel like the worst thing in the world.

Q: What changed music wise?

Bill: The album has very much been inspired by our newfound freedom. In the US we were very lucky in the sense that we could just go out and party in clubs.

Tom: It’s also kind of a luxury for us to have time to make new music. In the past it was more stressful – a studio was booked for us for two weeks and then we had to write and record new songs really fast. Now we finally had time to make music because we really wanted to and not because we had to. The musical style of the album was drastically influenced by that. The newfound inspiration also changes the music style.

Q: Do the lyrics also appeal to adults?

Bill: Of course, that’s a natural development. We don’t consciously make a specific type of music. It’s just music that we also like to listen to at the moment. I think that even in the past, our music would have appealed to a lot of adults.

Q: Your former fans are in their mid-twenties now and not screaming little girls anymore.

Tom: They can still scream, regardless of them already being in their mid-twenties. When they see me they definitely will.

Q: But do you still want to hear that?

Bill: We didn’t go into the studio with the intention of making music for a specific target group. We just want to do what we like. Among our fans there are, of course, also going to be people that are our age. Mid-twenties or late-twenties.

Tom: Our target group are people with good music taste.

Q: The expectations towards your new album are pretty high, which also presents a big risk.

Bill: Back then, when we said we would not do anything anymore, everyone said: “That’s career suicide!”. You just have to ignore such things. We didn’t just want to record an album to remain the talk of the town. We did it because it feld good and right.

Q: The expectations towards your new album are pretty high, which also presents a big risk.

Bill: Back then, when we said we would not do anything anymore, everyone said: “That’s career suicide!”. You just have to ignore such things. We didn’t just want to record an album to remain the talk of the town. We did it because it feld good and right.

Q: You’ve been a band for 14 years. There was also always the risk of not wanting to work with each other anymore.

Bill: It always sounds a little cheesy, but we’ve known each other since we were little. We are well attuned to each other, there are no surprises any of us could spring on each other.

Tom: We go months without seeing each other, and when we meet again it’s like nothing ever changed. We’ve been a band the past 14 years and we will continue being one the next 14 years.

Q: With all the hype around you, you could have also simply stopped playing concerts. Would that have been an option for you?

Bill: That’s why we took a break. I just couldn’t stand hearing the name Tokio Hotel anymore. We didn’t have a story left to tell – we always did the same thing and released album after album. There’s no balance in your life when that happens. We just had to take a break to have a clean and fresh start.

Tom: Yes, and now we’re back because we want to be. We shot three music videos already.

Q: What’s going to be different about your fifth studio album and your new tour?

Bill: We’re basically still from another time – when our career took off there was no Facebook, Twitter or Instagram. It was more old school – we still had autograhp cards, which don’t even exist anymore. Today people just look at you weird when you offer to sign something for them.

Tom: They prefer a selfie. There was also the question of if we should still print autograph cards?

Translation by Loveth-music

fr4

Tokio Hotel a trouvé la liberté aux Etats-Unis
Après une pause de cinq ans, un comeback est annoncé

Durant cinq ans, les choses étaient assez calmes autour de Tokio Hotel. Les leaders du groupe Bill et Tom Kaulitz ont déménagé à Los Angeles où ils ont trouvé la liberté et une nouvelle inspiration. Dans cette interview réalisée par l’agence de presse dpa, les jumeaux parlent du luxe de l’anonymat, des filles hystériques et hurlantes, et de leur nouvel album « Kings of Suburbia ».

Vous n’avez plus sorti d’album en Allemagne depuis cinq ans. Pourquoi cela a-t-il duré si longtemps ?
Bill : Tom et moi avons déménagé aux Etats-Unis et voulions tout d’abord remettre de l’ordre dans notre vie privée. Pendant très longtemps, nous n’avons fait que travailler. C’est pourquoi nous avons fait une pause avant de recommencer doucement le travail en studio. Beaucoup de gens sortent un album après l’autre, mais ce n’est pas naturel pour nous.

Vous avez donc trouvé également l’inspiration pour ce nouvel album aux Etats-Unis ?
Bill : Exactement. Nous avons pu à nouveau avoir une vie privée. En Allemagne, nous ne pouvions plus sortir, nous ne pouvions plus rien faire, nous étions tellement enfermés que nous nous sommes dit : comment allons-nous trouver de l’inspiration ? En arrivant ici, nous avons pu pour la première fois recommencer à vivre. Et de la vie vient naturellement l’inspiration.

Allez-vous maintenant retourner vivre en Allemagne ?
Bill : Non ! Nous continuerons à habiter aux Etats-Unis. Tom et moi ne sommes arrivés de L.A. que la semaine passée.
Tom : Et nous y retournerons. Mais maintenant que l’album va sortir, nous n’habiterons plus vraiment à un endroit précis. Pendant une tournée, on est de toute façon toujours sur la route et on ne rentre pas chez soi entre-temps.

Vous vous sentiez très mal en Allemagne avant de partir. Voulez-vous vous imposer cela une nouvelle fois ?
Bill : Non, nous ne revenons en Allemagne que pour les concerts que nous y ferons. J’adore l’Allemagne, j’aime beaucoup être ici. Mais je ne peux pas vivre ici sur le long terme. En tant que groupe, nous voulons bien évidemment donner des concerts en Allemagne. Puis nous voyagerons à nouveau un peu partout ! Nous laissons cependant notre vie privée à L.A.

Pouvez-vous vivre aux Etats-Unis sans être sans cesse surveillés ?
Bill : Oui, absolument ! Ce n’est pas comparable. L.A. est une ville immense ; beaucoup plus anonyme. Tu peux mettre une casquette et des lunettes de soleil et sortir simplement comme ça. On peut facilement se fondre dans la foule.
Tom : En Allemagne, tout est plus intime et plus petit. Nous apprécions beaucoup l’anonymat, mais ça peut être difficile pour certains.

Qu’est-ce qui a changé dans votre musique ?
Bill : L’album est très inspiré de notre nouvelle liberté. Aux Etats-Unis, nous avions la chance de pouvoir simplement sortir, faire la fête, aller dans les clubs,…
Tom : C’était aussi un luxe pour nous d’avoir le temps de faire de la musique. Avant, les choses étaient toujours précipitées, un studio était loué pour deux semaines et nous devions alors très vite écrire et enregistrer. A présent, nous avons pu prendre le temps de faire de la musique parce que nous le voulions, et pas parce que nous le devions. Ça a énormément influencé l’album du point de vue musical. La nouvelle inspiration change également la musique.

Les textes s’adressent-ils aussi aux adultes ?
Bill : C’est bien sûr une évolution naturelle. Nous ne faisons pas un genre de musique particulier ; mais simplement la musique que nous aimons. Je pense que beaucoup d’adultes auraient aussi pu aimer cela à l’époque.

Vos fans d’autrefois sont aujourd’hui dans la vingtaine et ne sont plus des jeunes filles hystériques et hurlantes.
Tom : Même si elles sont dans la vingtaine, elles peuvent encore crier. Surtout quand elles me voient.

Mais voulez-vous encore les entendre ?
Bill : Nous ne sommes pas allés en studio en prévoyant de faire de la musique pour un public précis. Nous voulions simplement faire ce que nous aimons. Parmi les fans, il y aura sûrement beaucoup de personnes de notre âge ; dans le milieu ou la fin de la vingtaine.
Tom : Notre public-cible, ce sont les gens qui aiment la bonne musique.

Les attentes pour ce nouvel album sont très hautes, vous prenez un gros risque.
Bill : A l’époque, lorsque nous avons dit que nous n’allions plus rien faire, tout le monde nous a dit que ce serait un suicide pour notre carrière. Il ne faut pas écouter ce genre de remarques. Nous ne voulions pas faire un nouvel album maintenant pour continuer à faire parler de nous, mais plutôt parce que cela nous semblait le bon moment.

Vous êtes ensemble depuis 14 ans ; il y avait aussi le risque que vous ne vouliez plus travailler ensemble.
Bill : ça sonne toujours un peu sentimental quand nous disons pas, mais nous nous connaissons tous les quatre depuis que nous sommes enfants. Nous sommes tellement bien accordés qu’il n’y a plus aucune surprise.
Tom : Même quand nous sommes séparés pendant des mois, tout redevient comme avant dès que nous nous retrouvons. Nous sommes ensemble depuis 14 ans, et nous le resterons pour les 14 prochaines années.

Avec les hurlements qui prenaient de plus en plus d’ampleur, vous auriez pu adapter les concerts live. Cela aurait-il été une option ?
Bill : C’est exactement pour ça que nous avons fait une pause. Je ne pouvais plus entendre le nom Tokio Hotel. Nous avions tout dit, faisions toujours la même chose et avons sorti un nouvel album après l’autre. Quand on est dans une telle situation, il n’y a plus d’équilibre. Nous devions faire une pause pour repartir ensuite de zéro.
Tom : Oui, maintenant, nous avons à nouveau envie de faire tout ça. Nous venons de tourner trois vidéos.

Qu’est-ce qui changera pour votre cinquième album et la prochaine tournée ?
Bill : Nous venons encore d’un autre temps. Lorsque nous sommes devenus célèbres, il n’y avait pas encore Facebook, Twitter ou Instagram. C’était encore un peu Old School, nous avions même des cartes signées. Cela n’existe plus aujourd’hui. Les gens te regardent bizarrement quand tu veux leur signer quelque chose.
Tom : Ils préfèrent un selfie. Nous nous sommes posé la question : est-ce qu’on doit encore imprimer des autographes ?

Traduction par *Elena*

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s