NEW INTERVIEW with Volksstimme.de

Where home is
They started as a school band in Magdeburg and had their wordlwide breakthrough soon after that. With a little showcase at Radio SAW, Tokio Hotel presented their fourth studioalbum “Kings of Suburbia”. Elisa Sowieja from Volksstimme spoke with the twins Bill and Tom Kaulitz.
How does being home feel?
Bill: Wonderful! Sadly we never actually get to see anything of the city we’re in at that momen – although we already know Magdeburg by now. But we’re still happy to be here.
You played a concert here, in front of two dozen people. How did that feel?
Bill: It was kind of odd! But I do like being so close to the people you’re performing for once in a while.
Tom: I’m always a little more excited than usual. It just feels more intimate, performing in front of such a small crowd.
You’ve already been in Germany since the past week. What did you do since then?
Tom: We’ve been promoting the new album from the morning until the evening. We start at 9 in the morning and that just goes on until 10 at night. Then we go to sleep and drive to the next city.
How much time do you have left for friends and family then?
Bill: Not much, sadly. Tom and I are looking into maybe extending our Germany-visit for a few days to visit family. Sometimes some of them are also present during media appointments. But afterwards we usually have to leave immediately, so we don’t get to go out and eat with them.
Tom: Before we started promoting the album, we went to Hamburg to start planning our tour.
Are you planning on coming to Magdeburg then?
Bill: We don’t actually know that yet. I think we’re going to tour the whole of next year, by blocking the tourdates. We will probably only start thinking about a specific tourplan in the next few weeks.
Tom: Maybe we’ll just play a secret concert under a fake name at the “Factory”!
You’ve been living in Los Angeles since 2010. What does Magdeburg have to offer, that L.A. can’t?
Tom: Plum and rhubarb cake.
Bill: Exactly. Our grandma always makes a nice plum-cake and freezes it until we visit her. We generally miss German baked goods – dark bread and bread rolls. They don’t have that in the US!
Do you still see Magdeburg as your home?
Bill: Not really. You have to remember that we never really directly lived in Magdeburg, but in Loitsche. And we moved away from there when we were 15 years old. For us, home is where our family is. In the beginning they came with us to L.A. and Tom and I always have family with us, since we’re brothers. But we do have some memories of Magdeburg. When you drive through the city now, it all seems so much smaller – which may be because I grew a little.
Tom: Of course we have memories of Magdeburg, we went to our first party’s here.
Speaking of family: You’re still living together – your brotherly bond seems to be very strong.
Bill: Not living together is out of the question for us. We would really like having a house that’s connected by a tunnel in the future. But at the moment we’re stil living together in a house.
Tom: The family bonds is strong with all of us though. Georg and Gustav actually stayed in Mageburg because of their family.
While the two of them were living in Magdeburg, the majority of the album was actually recorded in L.A. – how did you do that?
Tom: We produced in L.A. and came to Germany a few times. A lot of stuff also happened via internet, partially even whole songs. Some producers would simply be sitting in Germany and you’d have sessions with them. As a band we recorded a lot in Hamburg.
And no one noticed.
Bill: No, it’s not like we announced that beforehand.
You probably wear disguises when you go out Germany.
Bill: When we go out privately, we always try to stay unnoticed.
Tom: On Instagram we’ll always write “Hello Mexiko!” beforehand – and no one knows that we’re here.
There is no German song on the album. Is that a final decision regarding your music?
Tom: No. With this album we just didn’t feel like translating the lyrics. With the last one we did it quite often, sometimes even by about 90% from English to German. It was kind of expected of us and we felt like we had to. This album though we wanted to leave the way it was created. When we write a German song in the future we won’t translate it into English anymore.
The new album has a very electronic sound. How big was your fear that your fans won’t like the new sound?
Bill: When you’re a fan of a band you would like them to never change, but we don’t want to fulfill any expectations. I think you can only be successful when you can stand behind what you’re doing 1000% and like it. It’s normal that there are a few people who won’t like that. But by now it changes from song to song. I think you’ll make yourself crazy by thinking about this too much.
In the first two videos from your new album and on the Single-Cover of “Love Who Loves You Back” sex plays a pretty big role. Was it a conscious decision to be so procovative?
Bill: A lot of people say we created a kind of “sex-package”, but we actually didn’t. We have to say: We always make decisions in the moment we do something. There were a few weeks in between the videoshoots. The public simply got that “package”, and we ourselves didn’t really notice that it could come across as being so full of sex.
But you have to say that the video for “Love Who Loves You Back” is very “sexy”. It shows you in the middle of a kissing-orgy.
Bill: That was a very conscious decision. I already wanted to shoot a video like that for the last album, because I like the move “The Perfume” to much. The last scene there is an orgy, where the murderer puts the perfume on that he created. I wanted to do that with music. It just fit the song really well.
What inspires you?
Bill: Cheekiness. We were able to lead a normal life in L.A., after a long time of not being able to do that, and were able to let ourselves be inspired by new people in this new city. That was the time we also started writing songs again. Before that, we spent so much time in venues that – at some point – I didn’t even know what we could write about anymore.
Tom: Also the time that we spent outside of L.A. was inspiring. We travelled a lot and attented a few festivals. Our own music taste just changed.
In Germany you were also scared – for example, when someone broke into your Villa in Hamburg. Is it oppressive, coming back to Germany then?
Bill: Germany just feels a lot more intimate. There are so many people in L.A., you can just disappear. When I got off the plane in Germany, last week, I had to buy some dog food. I was the only person in the shop and an employee immediately came to help me. When you need help in L.A. you have to look for someone to help you first, which could take you about an hour.
Tom: You can also talk in German, without anyone understanding you.
Bill: Exactly. There are a lot of freaks over there, you don’t really get noticed much.
Then moving back is currently not an option for you.
Bill: Life in L.A. just feels very relaxing for us. I wouldn’t want to give that away for anything. When we’re on the road a lot in Germany, it works well. But when we’re in one place for too long, a lot of people start coming there and everything gets harder. That’s why living here didn’t work that well.
But you like coming back as visitors.
Bill: That’s nice, we like being in Germany. If we could have lived here, I wouldn’t have left. I actually find it a little embarassing to say that I live in L.A., because everyone has this certain image of the city. We don’t have anything to do with that. We moved there to disappear. We didn’t attend party’s or red carpet events and we didn’t want to lead a glamour-life. We chose L.A. because we already knew people there.

Translation by Icey

Tokio Hotel Press Conference & Photocall

Ils ont débuté alors qu’ils étaient à l’école à Magdeburg et ont ensuite conquis le monde. Lors d’un mini-concert à Radio SAW, les Tokio Hotel ont présenté leur quatrième album, « Kings of Suburbia ». En parallèle de cela, la rédactrice de Volksstimme Elisa Sowieja a discuté avec les jumeaux Bill et Tom Kaulitz.

Quel effet ça fait, d’être de retour à la maison ?
Bill : C’est magnifique ! Malheureusement, nous ne voyons jamais rien de la ville dans laquelle nous sommes ; mais nous connaissons déjà Magdeburg. Nous sommes heureux d’être ici.

Vous avez joué ici un concert devant 26 personnes. Comment l’avez-vous ressenti ?
Bill : C’était inhabituel ! Je trouve ça bien d’être pour une fois très proche des gens.
Tom : Pour ma part, je suis beaucoup plus stressé qu’en temps normal. C’est plus intime.

Vous êtes déjà en Allemagne depuis la semaine passée. Qu’avez-vous fait depuis ?
Tom : Nous passons nos journées à faire la promotion du nouvel album. Nous commençons le matin à 9h, et jusque 22h. Puis, nous allons dormir avant d’aller jusqu’à la prochaine ville.

Et que reste-t-il comme temps pour les amis et la famille ?
Bill : Malheureusement, très peu. Tom et moi aimerions éventuellement consacrer quelques jours à nos visites à faire en Allemagne, pour aller voir notre famille. Parfois, certains viennent assister à l’un de nos rendez-vous. Mais nous devons toujours partir immédiatement après et n’avons donc pas le temps d’aller manger ensemble.
Tom : Mais nous étions déjà à Hambourg avant les premiers rendez-vous de promotion et avons commencé à préparer la tournée.

Un concert à Magdeburg est-il prévu ?
Bill : Nous ne le savons pas encore. Je pense que nous allons être en tournée toute l’année prochaine, par périodes. Nous allons prévoir le plan précis dans les semaines à venir.
Tom : Peut-être ferons-nous simplement un concert privé sous un faux nom, à la Factory !

Vous vivez depuis 2010 à Los Angeles. Qu’est-ce que Magdeburg peut vous offrir et qui n’existe pas là-bas ?
Tom : Des tartes aux prunes et à la rhubarbe.
Bill : Exactement. Notre grand-mère fait toujours de belles tartes aux prunes et les congèle jusqu’à ce que nous lui rendions visite. Ce sont surtout les pâtisseries et le pain allemand qui nous manquent – du pain noir et des petits pains, ça n’existe pas aux Etats-Unis.

Considérez-vous toujours Magdeburg comme votre patrie ?
Bill : Pas vraiment. Il faut savoir que nous n’avons jamais vécu à Magdeburg, mais à Loitsche. Et nous en sommes partis quand nous avions 15 ans. Notre pays est, pour nous, l’endroit où vit notre famille. Au début, elle est d’ailleurs venue avec nous à L.A. Et Tom et moi avons toujours de la famille avec nous, puisque nous sommes frères. Mais nous avons bien sûr des souvenirs à Magdeburg.
Quand nous passons par ici, tout me semble beaucoup plus petit – mais c’est peut-être parce que j’ai grandi un peu.
Tom : Bien sûr que nous avons des souvenirs, c’est ici que nous sommes allés à nos premières fêtes.

A propos de la famille : vous vivez toujours à deux aujourd’hui – votre relation semble être particulièrement forte.
Bill : Pour nous, la question de savoir si nous allons un jour vivre séparés ne se pose même pas. Nous aimerions beaucoup avoir un jour des maisons reliées par un tunnel. Mais pour le moment, nous vivons toujours dans une maison.
Tom : La relation avec notre famille est très forte pour nous tous. C’est pour rester près de leur famille que Georg et Gustav vivent encore à Magdeburg.

Pendant que les deux autres vivaient à Magdeburg, la plus grande partie de l’album a été créée à L.A. Comment cela s’est-il passé, en pratique ?
Tom : Nous avons produit à L.A. et sommes de temps en temps venus en Allemagne. On fait aussi beaucoup par Internet, certains enregistrements ont vu le jour de cette manière. Il y avait des producteurs en Allemagne et on a fait des sessions communes. Et avec le groupe au complet, nous avons beaucoup enregistré à Hambourg.

Et personne n’a reçu les enregistrements ?
Bill : Non, nous n’avons rien annoncé avant.

Vous vous promenez sûrement très souvent incognito en Allemagne.
Bill : Quand nous nous promenons dans le cadre de notre vie privée, nous essayons toujours de ne pas être reconnus.
Tom : Nous écrivons d’abord sur Instagram « Bonjour Mexico ! » – comme ça personne ne sait que nous sommes ici.

Il n’y a plus aucune chanson allemande sur l’album. Est-ce une décision musicale définitive ?
Tom : Non. Nous n’avons simplement pas voulu traduire les textes pour cet album. Nous l’avons fait souvent pour le dernier, et même de l’anglais vers l’allemand dans 90% des cas. C’est ce qui était attendu à l’époque et nous nous sentions obligés de le faire. Nous avons voulu laisser cet album tel qu’il a été créé. Et la prochaine fois que nous écrirons une chanson en allemand, nous ne la traduirons pas non plus en anglais.

Ce nouvel album est très électronique. Craigniez-vous que les fans n’aiment pas ce nouveau son ?
Bill : Quand on est fan d’un groupe, on aimerait qu’il ne change jamais. Mais nous ne voulions pas répondre à quelque attente que ce soit. Je pense qu’on ne peut avoir du succès que si l’on adore à 100% ce que l’on fait. Et c’est normal que cela ne plaise pas à certaines personnes. Mais cela dépend aussi d’une chanson à l’autre. Je pense qu’il ne faut pas trop se prendre la tête avec ça.

Dans les deux premières vidéos de cet album, ainsi que sur la pochette du single « Love Who Loves You Back », le sexe joue un grand rôle. Avez-vous voulu jouer la carte de la provocation ?
Bill : Beaucoup de personnes disent que nous avons décliné les choses autour du thème du sexe. Mais ce n’est pas ce que nous avons fait ; nous décidons toujours tout au moment où nous le faisons. Il s’est passé quelques semaines entre les tournages des deux vidéos. Le public a ensuite reçu tout en même temps, comme un paquet, et nous n’avons pas remarqué que c’était tellement sexualisé.

La vidéo de « Love Who Loves You Back » est quand même déjà très sexuelle. On vous voit au centre d’une véritable orgie.
Bill : C’était une décision consciente. Je voulais déjà faire quelque chose comme ça pour le dernier album, parce que j’aime beaucoup le film « Le Parfum ». On y voit une orgie dans la dernière scène, lorsque le meurtrier s’asperge du parfum qu’il a créé. Je voulais faire ça avec de la musique ; c’était parfait pour cette chanson.

Quelles sont vos autres sources d’inspiration ?
Bill : La liberté. À L.A., nous avons pu pour la première fois réellement vivre et s’inspirer des hommes et de cette nouvelle ville. C’est à ce moment-là que nous avons recommencé à écrire. Avant cela, nous passions tellement de temps dans les salles de concerts que je ne savais plus du tout sur quoi nous devions écrire. Je n’avais plus d’air.
Tom : Le temps que nous avons passé hors de L.A. nous a également inspirés. Nous avons voyagé et sommes allés à beaucoup de festivals. Notre propre goût musical a changé.

À l’époque, il vous est arrivé d’avoir peur, en Allemagne – par exemple quand votre villa de Hambourg a été cambriolée. Est-ce encore angoissant, de revenir dans ce pays ?
Bill : L’Allemagne est toujours beaucoup plus intime. À L.A., il y a tellement de gens que c’est facile de se cacher. Lorsque je suis arrivé en Allemagne la semaine passée, j’ai dû aller acheter de la nourriture pour chiens. J’étais la seule personne dans le magasin, et une employée est tout de suite arrivée pour m’aider. Si tu as besoin d’aide à L.A., tu dois déjà chercher quelqu’un pendant au moins une heure.
Tom : On peut aussi parler allemand sans que personne ne nous comprenne.
Bill : Exactement. Et il y a tellement de gens bizarres là-bas que personne ne te remarque.

Revenir vivre en Allemagne n’est donc pas une option pour le moment.
Bill : Nous sommes vraiment très détendus à L.A. Je n’échangerais pas cette situation. Quand nous nous déplaçons beaucoup en Allemagne, ça va très bien. Mais quand nous sommes trop longtemps à un même endroit, beaucoup de gens se rassemblent. Et ça devient difficile. C’est pour cela que nous ne pouvions plus vivre ici.

Mais vous aimez bien venir visiter.
Bill : Oui, c’est bien, nous aimons être en Allemagne. Si nous pouvions vivre ici, je ne serais pas parti. Je trouve ça presque gênant de dire que nous habitons à L.A., parce que tout le monde a cette image particulière de la ville. Mais nous n’avons rien à voir avec ça. Nous avons déménagé là-bas pour nous cacher. Nous ne sommes pas allés aux soirées et sur les tapis rouges et ne voulions pas vivre une vie de stars. Et nous n’avons choisi L.A. que parce que nous connaissions déjà des gens là-bas.

Traduction par *Elena*

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s