Interview for Substream Magazine

EXCLUSIVE INTERVIEW: Tokio Hotel releases Kings of Suburbia after five year break.

After a five year break, German pop rock band Tokio Hotel, introduced a new electronic album to their international audience, Kings of Suburbia.

Founded in 2001 by singer Bill Kaulitz, guitarist Tom Kaulitz, drummer Gustav Schäfer, and bassist Georg Listing, Tokio Hotel took the world by storm in their 2007 American debut.The band decided they needed to live out their lives after touring world wide for years, so they relocated to Los Angeles. A year into their break they decided to reform and create new music to surprise fans with.

Kings of Suburbia is an electronic album featuring 15 tracks that stray away from any of the band’s previous albums. This is the band’s fifth album to date, it was released digitally Oct. 3 overseas and Oct. 6 in America. The album has gone number one on the iTunes Chart on pre-sales alone in various countries.

Tokio Hotel’s world tour, Feel It All Part One: The Club Experience, is set to hit London June 6.

Substream Magazine: So this is your first album in five years, Kings of Suburbia, how are you enjoying releasing an album again?

Bill Kaulitz: We’re totally excited. We were on the road a lot and we needed to take a break to get our lives back, but we’re really happy with how the album and record turned out.

SM: What did you do during that break?

Tom Kaulitz: We didn’t do anything, we were on break for most of it. The band has been on tour for years, since we were 15. After a year into our break though, we decided to start making music again and to work on an album.

SM: Your new album, Kings of Suburbia, is something new for the band and its fans. I used to listen to you when I was younger and I was surprised by the spin on your music. Did you enjoy experimenting with music?

BK: Just like you our taste and interests in music have changed too. You know it has been five years since our last album and it was important for our band to make music we now like and are now inspired by. It’s important for a band to change and progress and this album reflects that. It ended up a little electronic but we didn’t predict it to. The whole process of developing and producing this album was very natural.

TK: We tried new things and new music, and I don’t think that is a bad thing. We see a lot of artists now who make the same music over and over because they know its successful, but that not how music should be made. We never want to just stick to just one sound.

SM: How has Los Angeles affected your album, if it has at all?

BK: It definitely affected our music, but it was the freedom of being here that did it. It was impossible to have a private life in Europe, we just couldn’t be there any more. When we got here it was great to just be able to do stuff. We went to supermarkets, coffee shops, just normal things. We also partied a lot, maybe too much, but it was good. We’d work on the album at midnight or later because we’d be partying too much, then we’d have an after party.

SM: So you said that some artists stay with one sound because they know it’ll be successful, how did you skew away from doing the same?

BK: This album is a lot more electronic compared to our last album. We had so much time to work on it though, it wasn’t hard to express who we are now through this album. We were finally able to create our own music from writing to producing it. We tried to meet with some of our old producers but they just wanted to reattempt our old music, and that wasn’t what we wanted so we decided to do it on our own. That’s where ¨Stormy Weather¨ came in we recorded it on our own and sent it to some new producers who really liked it and wanted to work with us.

SM: What inspired this album?

BK: All the partying, the night life, and the clubs.

TK: Honestly, the freedom. We finally had the chance to live our own lives and finally experience life and this album really reflects that.

BK: Yeah I found this so interesting, I would go out and meet people who had no idea who Bill from Tokio Hotel was. It was great to meet people on that level again.

SM: I get a very sensual nightlife vibe from this album, did the band intend for that?

BK: We knew it was going to be a surprise for fans to hear this album, but we didn’t really think of a target audience for it. It was such a natural process of making music, we didn’t think of anyone outside of our home studio. I think that’s how all great music should be done, you don’t just sit down and determine you’re making a hit. You have to just be confident and love the music you are making and success will follow that.

SM: What was the most frustrating and the most rewarding elements of working on this album?

BK: I hated working with other people sometimes, I know that sounds bad. Don’t get me wrong some of the people were really amazing and inspiring, but others were just douche bags. But that kind of thing happens when you’re in the music business there are a lot of big egos to deal with. Getting to feel the final CD was worth it all in the end though, you can just feel all the work pay off.

TK: Another thing was hearing our song on the radio for once. Five years ago no played Tokio Hotel on the radio so hearing it now is great.

SM: What tracks are you most proud of on Kings of Suburbia?

BK: Oh wow that’s hard, I think it changes every day. For today I would say that ¨Run¨ is my favorite song, right now. It’s just so different from all of the other songs and anything we’ve ever done. Also my personal experience with it in the studio, the sounds my voice was able to make surprised me.

TK: I would say my favorite is ¨Girl Got A Gun.¨ I produced the whole album, but I worked on this song the most.

SM: Feel It All Part One: The Club Experience, your world tour, starts this year in London. What are you looking forward to most on tour?

BK: We get to meet all of our fans on an intimate level. The concerts are being held in small clubs so we’ll get a chance to get to know our audience, it’s not your typical concert. We also get to talk to our fans now with the VIP tickets. I think our fans are just as excited as we are.

Après une pause de cinq ans, le groupe pop rock allemand Tokio Hotel a présenté un nouvel album électronique à leur public international, « Kings of Suburbia ».

Fondé en 2001 par le chanteur Bill Kaulitz, le guitariste Tom Kaulitz, le batteur Gustav Schäfer et le bassiste Georg Listing, les Tokio Hotel ont fait fureur lors de leur début américain en 2007. Après une tournée dans le monde entier qui a duré plusieurs années, le groupe a décidé qu’ils avaient besoin de vivre leur vie et ont déménagé à Los Angeles. Après une année de pause, ils ont décidé de se réformer et de créer une nouvelle musique afin de surprendre les fans.

« Kings of Suburbia » est un album électronique comportant 15 titres qui s’éloigne de tous les précédents albums du groupe. Celui-ci est le cinquième album du groupe jusqu’à ce jour, il a été sorti en digital le 3 octobre à l’étranger et le 6 octobre en Amérique. L’album s’est placé à la première place dans le classement des préventes d’iTunes dans plusieurs pays.

La tournée mondiale de Tokio Hotel, « Feel It All Part One : The Club Experience », commencera sur la scène de Londres le 6 mars.

Substream Magazine : Bien, c’est votre premier album en cinq ans, « Kings of Suburbia », qu’est-ce que cela vous fait de sortir à nouveau un album ?
Bill Kaulitz : Nous sommes vraiment excités. Nous avons beaucoup été sur la route et nous avions besoin de faire une pause pour récupérer nos vies, mais nous sommes vraiment heureux de la façon dont s’est révélé l’album et l’enregistrement.

SM : Qu’avez-vous fait pendant cette pause ?
Tom Kaulitz : Nous n’avons rien fait, nous étions en pause pour presque tout. Le groupe a été en tournée pendant des années, depuis nos 15 ans. Cependant, après une année de pause, nous avons décidé de commencer à refaire de la musique et à travailler sur un album.

SM : Votre nouvel album, « Kings of Suburbia », est quelque chose de nouveau pour le groupe et ses fans. J’avais l’habitude de vous écouter quand j’étais plus jeune et j’ai été surprise par le tournant qu’a pris votre musique. Avez-vous aimé expérimenter la musique ?
BK : Tout comme vous, notre goût et nos intérêts pour la musique ont aussi changé. Vous savez, cinq ans sont passés depuis notre dernier album et c’était important pour notre groupe de faire de la musique que nous aimons maintenant et pour laquelle nous sommes maintenant inspirés. C’est important pour un groupe de changer et de progresser et cet album reflète cela. Il s’est retrouvé au final un peu électronique, mais nous n’avions pas prévu cela. L’ensemble du processus de développement et de production de cet album a été très naturel.
TK : Nous avons essayé de nouvelles choses et de nouvelles musiques, et je ne pense pas que ça soit une mauvaise chose. Nous voyons beaucoup d’artistes maintenant qui font sans arrêt la même musique parce qu’ils connaissent son succès, mais pas comment la musique devrait être faite. Nous ne voulons en aucun cas s’en tenir à un seul son.

SM : A quel point Los Angeles a-t-elle affecté votre album, si elle l’a affecté ?
BK : Elle a vraiment affecté notre musique, mais c’est plus la liberté que nous avons en étant ici qui l’a affecté. Ca a été impossible pour nous d’avoir une vie privée en Europe, nous ne pouvions plus être là-bas. Quand nous sommes arrivés ici, ça a été génial de pouvoir faire des choses. Nous avons été dans des supermarchés, des coffee shops, juste des choses tout à fait normales. Nous avons beaucoup fait la fête aussi, peut-être trop, mais c’était bon. Nous travaillions sur l’album à minuit ou plus tard parce que nous faisions trop la fête, donc nous avions une after party.

SM : Bien, vous avez dit que certains artistes restent avec un même son parce qu’ils savent que ça rencontrera du succès, à quel point avez-vous changé de direction pour ne pas faire la même chose ?
BK : Cet album est beaucoup plus électronique comparé à notre dernier album. Nous avons toutefois eu beaucoup de temps pour travailler sur celui-ci, ça n’a pas été difficile d’exprimer qui nous sommes maintenant à travers cet album. Nous avons finalement été capable de créer notre propre musique, de l’écriture à la production. Nous avons essayé de rencontrer quelques-uns de nos anciens producteurs mais ils voulaient juste réessayer notre ancienne musique, et ce n’était pas ce que nous voulions et c’est là que nous avons décidé de la produire par nous-mêmes. C’est ainsi que « Stormy Weather » est arrivé, nous l’avons enregistré et l’avons envoyé à de nouveaux producteurs qui ont vraiment aimé et qui voulaient travailler avec nous.

SM : Qu’est-ce qui a inspiré cet album ?
BK : Toutes les fêtes, la vie nocturne et les boites de nuit.
TK : Honnêtement, la liberté. Nous avons enfin eu l’occasion de vivre notre propre vie et d’expérimenter enfin de la vie et cet album reflète vraiment cela.
BK : Oui, j’ai trouvé cela très intéressant, je sortais et rencontrais des gens qui ne savaient pas qui était Bill de Tokio Hotel. Ca a été génial de rencontrer à nouveau des gens à ce niveau.

SM : Je ressens une atmosphère de la vie nocturne très sensuelle avec cet album, le groupe avait-il l’intention de faire cela ?
BK : Nous savions que ça allait être une surprise pour les fans d’entendre cet album, mais nous n’avions pas vraiment penser à un public cible pour celui-ci. Ca a été un processus si naturel de faire cette musique, nous ne pensions à personne en dehors de notre studio. Je pense que c’est de cette façon que toutes les grandes musiques devraient être faites, vous ne pouvez pas être juste assis et déterminer que vous faites un tube. Vous devez juste être convaincu et aimer la musique que vous faites et le succès suivra cela.

SM : Quels ont été les éléments les plus frustrants et les plus satisfaisants en travaillant sur cet album ?
BK : J’ai parfois détesté travailler avec d’autres personnes, je sais que cela parait méchant. Pour qu’il n’y ait pas de malentendu, travailler avec certaines personnes a été vraiment étonnant et inspirant, mais il y en a d’autres qui étaient juste de gros crétins. Mais c’est le genre de chose qui arrive quand vous êtes dans le business de la musique, il y a beaucoup de gros egos à traiter. En sentant que le dernier album en valait la peine, vous pouvez simplement avoir le sentiment que tout ce travail a porté ses fruits.
TK : L’autre chose a été d’entendre notre chanson à la radio, pour une fois. Il y a cinq ans, personne ne jouait à la radio du Tokio Hotel, donc l’entendre maintenant, c’est génial.

SM : Quelles sont les chansons dont vous êtes le plus fier dans « Kings of Suburbia » ?
BK : Oh wow, c’est difficile, je pense que ça change tous les jours. Pour aujourd’hui, je dirais que « Run » est ma chanson préférée en ce moment. Elle est tellement différente de toutes les autres chansons et de tout ce que nous avons fait. J’ai aussi une expérience personnelle avec elle au studio, les sons que ma voix pouvait faire m’ont étonné.
TK : Je dirais que ma préférée est « Girl Got A Gun ». J’ai produit tout l’album, mais j’ai davantage travaillé sur cette chanson.

SM : « Feel It All Part One : The Club Experience », votre tournée mondiale commence cette année à Londres. Qu’attendez-vous avec le plus d’impatience de cette tournée ?
BK : Nous allons rencontrer tous nos fans à un niveau intime. Les concerts auront lieu dans de petits clubs afin d’avoir l’occasion d’apprendre à connaître notre public, ça ne sera pas un concert typique. Nous aurons maintenant aussi l’occasion de parler à nos fans avec les tickets VIP. Je pense que nos fans sont tout autant excités que nous à cette idée.

Source: Substreammagazine.com

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s