Diffuser.fm: Tokio Hotel discuss growing up + new LP, ‘Kings of Suburbia’

image

Like many young bands, Tokio Hotel were just a group of musicians who wanted to follow their dreams and become rock stars. From the moment they released their debut album, ‘Schrei,’ in their native Germany in 2005, the alt rockers were quickly catapulted into a whirlwind of sold-out international tours and a level of fandom that they perhaps weren’t ready for — all the while selling millions of records. And now with over a decade of experience in the music industry under their belts, Tokio Hotel are back with their first album in five years.

‘Kings of Suburbia’ — which hit the streets last October — not only shows another collection of Tokio Hotel tracks that fans have been anxiously waiting for but also focuses on a change in their musical direction. While still tackling personal and sometimes tough topics, the sound on tracks like ‘Love Who Loves You Back’ is more energetic and may even inspire you to dance around your bedroom (as I started to do while listening to it) compared to the darker music they produced in the past. Sure, there are some more somber tunes like ‘Run, Run, Run,’ but there is clearly a rejuvenated spirit that runs through the LP that will bring old and new fans together for this new era of Tokio Hotel.

We had a chance to chat with singer Bill and multi-instrumentalist Tom Kaulitz (brothers), bassist Georg Listing and drummer Gustav about life, music and everything in between. Not only were they an open book about the obstacles they faced being famous in their hometown and trying to live a “normal life,” but also how much the band members have grown into men and what the next few years will be like for them.

“Now that we started going on the road again,” Bill Kaulitz told us, “it doesn’t matter where we live — in other countries or hotels or the bus or whatever. So for the next two years, it really doesn’t matter where we live.”

Find out what else Tokio Hotel revealed in our exclusive chat below:

You guys have been laying low since ‘Humanoid,’ though you’ve all been doing your own things. Can you take me back a few years to the time before you started working on ‘Kings of Suburbia’?

Bill: Well, we kind of took a break for like a year. After ‘Humanoid,’ we were touring and were on the road so much, playing in South America and in Europe. So we were on the road for a while, and then for the next year we didn’t do anything. Well, Tom and I moved to Los Angeles from Germany. Then we slowly started to get back in the studio and make music again. We just got inspired by the place and everything so we started to write songs, but we weren’t working on the album constantly. But there were times for a couple of months where we weren’t in the studio. We were doing something else or just enjoying life because we didn’t have any deadline or anything like that. We just would write the songs and be in the studio and make the best possible album and release it whenever we were ready.

I was watching a few things on your YouTube channel, ‘Tokio Hotel TV,’ and one of the videos that struck me was about the reasons Bill and Tom moved to Los Angeles and how it was hard for you to actually live in Germany. Can you talk a little bit about that?

Bill: I think the whole move to America was, of course, for private reasons, and it was super necessary to to do that. I mean, it wasn’t possible for me to actually have a life outside of this band. So when we went home [to Germany], it was kind of like living in a prison the whole time. We couldn’t go outside. We couldn’t do anything.

Tom: Just to go outside, you have to run into a van and talk to all your people with bodyguards and all this. So whatever you do becomes such a big deal, you know what I mean? Doing regular stuff wouldn’t be possible.

Bill: We thought that if we wanted to take a break or if we want to live life for a moment, it’s just not possible in Germany. We’ve been trying for so long. One time, some people actually went into our house, and that was the moment we were like, “OK, we just can’t do it.” So after that we kind of moved away — and it was good. It really worked for us. And in Los Angeles, everyone has their own things to do so it’s the perfect place for us to hide and just do normal stuff.

What’s the best part about living in Los Angeles?

Bill: I love the weather — and I love the freedom.

Tom: It’s pretty much the same thing. But what I hate about L.A. is everything is closing early, and you can’t get alcohol after 2AM. It’s kind of hard because you always want to have some for parties.

And for Georg and Gustav, how has it been traveling between Germany and California?

Georg: We absolutely love Germany because our houses and friends are here, and we love to have them around us and as close as possible. But I also like to go to L.A. from time to time, but the city is a little bit too huge for me. I prefer Magdeburg [in Germany]. [Laughs]

Tom: You know what? The truth is, Georg and Gustav are loving the jetsetter life, and that’s why they like living in Magdeburg. Everybody’s recognizing them on the street and driving their huge cars and just living the life over there. [Everyone laughs]

Now onto the album. Even though it does have that Tokio Hotel signature sound, it also feels really different from what you’ve done in the past. What influenced these changes in the sound?

Bill: I feel like it was totally not planned. People think we have this huge plan on what we’re doing. We’re just going with the flow and writing and never think about anything before it. We don’t think of a certain sound or a certain way on how to approach the album or anything like that. It just comes out of us. But at the same time, we wanted to make an album that makes sense and sounds cool. That’s how you pick the songs from the 50 songs you wrote and recorded. But we never really talked about the sound. It was just something that was in development. I feel that in five years, you just change so much. Your taste level and everything is changing, so it just kind of happened.

How long did the album actually take to make?

Bill: If I were to break it down, I would say around three years. But of course, we took months off.

Tom: You’re not working constantly. Sometimes you just go into the studio, eat pizza and drink beer, then drink beer and eat pizza, especially if it’s super late. And that’s the cool thing about our jobs. [Laughs]

What are your most memorable songs on the album?

Bill: It’s ‘Stormy Weather’ because it’s the first one somebody wrote. Then after that, it was like, “OK, this is the most important song and reason to make an album.” After that song, we decided to make the new album. Before that, we were playing around with songs but didn’t really take it that seriously. But after this one, we knew it was time to make an album. So I feel that song is the most important one for this album.

Tom: It’s really, really hard to tell because I did all of the production at the time. So I spent a really long time with each song, and we put so much work into it. But when I think back, ‘Girl Got a Gun’ is a special song for me because this was one of the songs that, since production, everything went super fast. We wrote this song in a couple of hours, then I laid out the production, and everyone just loved it. So it took a day to pretty much finish the whole thing, at least we thought. So in the beginning, it was the song that everyone loved. But when we got to the end of the production, this [song] then became the one that was the most difficult for me to finish because everybody had so many changes to it. And production wise, I’m so proud of this song because there are so many details that went into it.

Georg: For me, it was ‘Great Day’ when I put down that bass line. It was this very special feeling and atmosphere. I have good memories about that time in the recording studio.

Gustav: It’s ‘Louder Than Love’ for me. I’m on the drums. And when you listen to it, you feel something special.

So the album’s been out for a few months now. When it was initially released, it seemed to chart really well in several countries. — Tokio Hotel were clearly not forgotten. How does it feel that even after all that time you guys were on a break, you put out an album and it automatically hit No. 1?

Bill: It’s amazing! It’s exactly what you want. [Everyone laughs] It’s the best. It’s the dream scenario.

Tom: If you can fly under the radar and have a life and then you put out something, then people are interested, love it and then it goes No. 1, it’s amazing. This is probably the best thing that can happen to you as an artist or a band, I think. But at the same time, we never expected that. Nowadays, people are releasing records and putting out stuff all the time, every day, and a lot of people are hustling. It’s crazy. I mean, the music industry has changed so much, and we’re still young. We’re a young band, but we’ve been in the music industry for over 10 years now.

What are some of the misconceptions that people still have about Tokio Hotel?

Bill: There are still people out there who think we’re a made up band or that we were put together by someone because “they’re all so different,” like we’re from a TV show or have some cool manager in the background. [The band] started a long time ago, and we got together because of music. And the fact is, we’re a band that started in our hometown because we loved music. And we write our own music and play our own music. We’re all musicians. Unfortunately, this sometimes gets a little lost.

Since you started when you were young, what’s something you wish you could have told your younger self?

Bill: I feel like everything makes sense, and I wouldn’t change anything in the past really. But I would probably have told myself to chill out and not take too much responsibility too early. I remember when I was 13, I thought I could be with it all and that I could handle it all. I couldn’t wait to become 18 and live by myself and do all that stuff. So I took everything very seriously. And looking back, I kind of see how being innocent and not having as many responsibilities as a kid would have been good. I always wanted that, but now I wish I would have told myself to have fun and enjoy my teenage years more.

Tom: I would probably have told myself to read the contracts that I signed. [Everyone laughs]

Georg: That’s a good idea. I would have done that as well.

What are your plans for 2015?

Bill: We always have a million plans, but I think it all comes down to how much can we do in year. So the new year looks really crazy. We just saw our schedule for the first few months and basically we’ll be in rehearsals to get our show together. We’re going to do a lot of promotion in the U.S. and then tour the rest of the world and play in every country. We’re also always making new music and are planning to make a new album.

Sourcediffuser.fm

2

Tokio Hotel parle sur le fait de devenir adulte et sur leur nouvel album, « Kings of Suburbia »

Comme beaucoup de jeunes groupes, les Tokio Hotel étaient juste un groupe de musiciens qui voulaient suivre leurs rêves et devenir des rockstars. A partir du moment où ils ont sorti leur premier album, « Schrei », dans leur Allemagne natale en 2005, les rockeurs alternatifs ont rapidement été catapulté dans une tornade de tournées internationales à guichets fermés et dans un fandom auxquels ils n’étaient peut-être pas prêts – tout en vendant des millions de disques. Et maintenant, avec plus d’une décennie d’expérience dans l’industrie de la musique derrière eux, les Tokio Hotel sont de retour avec leur premier album en cinq ans.

« Kings of Suburbia » – qui est apparu en octobre dernier – ne montre pas seulement une autre collection de chansons de Tokio Hotel que les fans avaient attendu avec impatience, mais se concentre également sur un changement dans leur direction musicale. Alors que les sujets personnels et parfois durs sont encore abordés, le son sur des titres comme « Love Who Loves You Back » est plus énergique et peut même vous inciter à danser partout dans votre chambre (ce que j’ai commencé à faire en l’écoutant) comparé à la musique plus sombre qu’ils avaient produite par le passé. Bien sûr, il y a quelques morceaux plus tristes comme « Run, Run, Run », mais il y a clairement un esprit rajeuni qui parcours l’album et qui réunira les anciens et les nouveaux fans pour cette nouvelle ère de Tokio Hotel.

Nous avons eu l’occasion de parler avec le chanteur Bill et le multi-instrumentiste Tom Kaulitz (frères), le bassiste Georg Listing et le batteur Gustav Schäfer au sujet de la vie, de la musique et de tout le reste. Non seulement ils ont joué franc jeu au sujet des obstacles qu’ils ont dû franchir en étant célèbre dans leur ville natale et en essayant de vivre une « vie normale », mais aussi à quel point les membres du groupe ont grandi et ce que la nouvelle année leur réserve.

« Maintenant que nous avons commencé à être à nouveau sur la route », nous a dit Bill Kaulitz, « Peu importe où nous vivons – que ça soit dans d’autres pays, dans des hôtels, dans le bus ou autre. Vraiment, ça importe peut où nous vivons pendant les deux prochaines années ».

Découvrez ce que Tokio Hotel a révélé d’autres dans notre discussion exclusive ci-dessous :

Vous avez fait profil bas depuis « Humanoid », bien que vous avez tous fait vos propres trucs. Pouvez-vous me ramener quelques années en arrière, avant que vous ne commenciez à travailler sur « Kings of Suburbia » ?
Bill : Bien, nous avons fait une pause pendant une année à peu près. Après [l’album] « Humanoid », nous avons beaucoup été en tournée et sur la route, à jouer en Amérique du Sud et en Europe. Nous avons été sur la route pendant longtemps, puis l’année d’après, nous n’avons plus rien fait. C’est là que Tom et moi avons déménagé à Los Angeles depuis l’Allemagne. Nous avons alors commencé lentement à revenir au studio et à faire à nouveau de la musique car nous avions été inspiré par l’endroit et par tout ce qui s’y trouvait. Nous avons commencé à écrire des chansons, mais nous n’avons pas travaillé en permanence sur l’album. Il y a eu des périodes de quelques mois où nous n’allions pas au studio, nous faisions soit quelque chose d’autre, soit nous profitions simplement de la vie parce que nous n’avions pas de date butoir ou quelque chose dans ce genre. Nous avons juste écrit des chansons et été en studio afin de faire le meilleur album possible et de le sortir au moment où nous nous sentions prêts.

J’ai regardé quelques trucs sur votre chaîne YouTube, le « Tokio Hotel TV », et ce qui m’a frappé dans l’une des vidéos a été les raisons qui ont fait déménager Bill et Tom à Los Angeles et à quel point ça a été difficile pour vous de vivre en Allemagne. Pouvez-vous en dire plus à ce sujet ?
Bill : Je pense que le déménagement en Amérique a été, bien sûr, pour des raisons privées, et ça a vraiment été nécessaire de le faire. Je veux dire, il n’était pas possible pour moi d’avoir une vie en dehors de ce groupe. Donc, quand on rentrait chez nous [en Allemagne], c’était un peu comme vivre dans une prison à plein temps. On ne pouvait pas aller à l’extérieur. On ne pouvait rien faire.
Tom : Pour aller dehors, vous devez courir vers un van et parler aux personnes avec des gardes du corps et tout cela. Donc, quoi que vous fassiez, cela devient important, vous voyez ce que je veux dire ? Faire un truc régulier ne serait pas possible.
Bill : Nous avons pensé que si nous voulions faire une pause ou si nous voulions vivre notre vie pendant un moment, ce n’était tout simplement pas possible en Allemagne. Nous avions essayé pendant si longtemps. Une fois, des personnes sont entrées dans notre maison, et ça a été le moment où nous étions : « Ok, nous ne pouvons plus faire ça ». Donc après cela, nous avons déménagé – et ça a été bon. Ca a vraiment marché pour nous. Et à Los Angeles, tout le monde a ses propres trucs à faire, donc c’est l’endroit parfait pour nous cacher et pour faire des choses normales.

Quels sont les meilleurs côtés de la vie à Los Angeles ?
Bill : J’aime la météo – et j’aime la liberté.
Tom : C’est à peu près la même chose pour moi. Mais ce que je déteste concernant LA, c’est que tout ferme tôt et que vous ne pouvez plus avoir de l’alcool à partir de 2hrs du mat’. C’est plutôt difficile parce que vous voulez toujours faire la fête.

Et pour Georg et Gustav, comment s’est passé le voyage entre l’Allemagne et la Californie ?
Georg : Nous aimons vraiment l’Allemagne car nos maisons et nos amis s’y trouvent, et nous aimons les avoir à nos côtés et aussi près que possible. Mais j’aime aussi me rendre à LA de temps en temps, mais la ville est un peu trop grande pour moi. Je préfère Magdebourg [en Allemagne]. [rire]
Tom : Vous savez quoi ? La vérité est que Georg et Gustav apprécient la vie de jet-setter et c’est pour ça qu’ils aiment vivre à Magdebourg. Tout le monde les reconnaît dans la rue, ils conduisent de grosses voitures et vivent la vie en toute liberté. [tout le monde rit]

Venons-en maintenant à l’album. Même si il possède effectivement la signature sonore de Tokio Hotel, il semble aussi très différent de ce que vous avez fait dans le passé. Qu’est-ce qui a influencé ces changements de son ?
Bill : Je pense que rien n’a vraiment été planifié. Les gens pensent que nous avons un énorme plan sur ce que nous faisons. Nous suivons juste le mouvement, nous écrivons et ne pensons à rien avant cela. Nous ne pensons pas à un quelconque son ou à une quelconque façon sur comment aborder l’album ou sur quelque chose dans ce genre. Ca vient juste de nous. Mais en même temps, nous voulions faire un album qui ait du sens et de chouettes sons. C’est comme ça que vous choisissez les chansons parmi les 50 que vous avez écrites et enregistrées. Mais nous n’avons jamais vraiment parlé du son. Ca a juste été quelque chose qui s’est fait lors du développement. Je pense qu’en cinq ans, vous changez beaucoup. Votre goût niveau musique change, tout change, c’est juste arrivé comme ça.

Combien de temps vous a-t-il fallu pour faire l’album ?
Bill : Si je devais le décomposer, je dirais environ trois ans. Mais bien sûr, nous avons pris des mois de congé.
Tom : Vous ne travaillez pas en permanence. Parfois, vous allez au studio, vous mangez de la pizza et buvez de la bière, puis vous buvez de la bière et mangez de la pizza, surtout si il est très tard. Et c’est la chose sympa à propos de notre travail. [rire]

Quelles sont vos chansons les plus mémorables sur l’album ?
Bill : C’est « Stormy Weather » car c’est la première que quelqu’un a écrite. Ensuite, ça a été : « Ok, c’est la chanson la plus importante et la raison pour faire un album ». Après cette chanson, nous avons décidé de faire le nouvel album. Avant elle, nous avons fait des expériences avec des chansons, mais nous n’avons pas pris cela au sérieux. Mais après celle-ci, nous savions qu’il était temps de faire un album. Donc, je pense que cette chanson est la plus importante pour cet album.
Tom : C’est vraiment, vraiment difficile à dire car je me suis occupé de toute la production à cette époque-là. J’ai donc passé beaucoup de temps avec chaque chanson, et nous avons mis tellement de travail dans tout ça. Mais quand j’y repense, « Girl Got A Gun » est une chanson spéciale pour moi car elle a été une des chansons qui a été très rapide à réaliser. Nous avons écrit cette chanson en quelques heures, ensuite, j’ai défini la production, et tout le monde l’a adoré. Ca a donc pris une journée pour finir à peu près l’ensemble, du moins, nous y avions cru. Donc, au début, elle a été la chanson que tout le monde aimait. Mais quand nous sommes arrivés à la fin de la production, cette chanson est alors devenue celle qui a été la plus difficile à terminer pour moi car tout le monde avait tant de changements à y apporter. Et question production, je suis vraiment fier de cette chanson, car il y a tant de détails qui s’y trouvent.
Georg : Pour moi, c’est « Great Day » depuis le moment où j’y ai mis cette ligne de basse. Ca a été un sentiment et une atmosphère très spéciale. J’ai de bons souvenirs de ce moment-là au studio d’enregistrement.
Gustav : Pour moi, c’est « Louder Than Love ». Je suis à la batterie. Et quand vous l’écoutez, vous sentez quelque chose de spécial.

L’album est sorti depuis quelques mois maintenant. A sa sortie, il s’est vraiment bien écoulé dans plusieurs pays. – Les Tokio Hotel n’étaient clairement pas oubliés. Qu’est-ce que cela vous fait, même après toutes ces années où vous étiez en pause, de voir votre album dès sa sortie aller directement à la première place ?
Bill : C’est incroyable ! C’est exactement ce que vous voulez. [tout le monde rit] C’est ce qu’il y a de meilleur. C’est le scénario de rêve.
Tom : Si vous pouvez éviter d’attirer l’attention et avoir une vie puis sortir quelque chose, alors les gens sont intéressés, l’aiment et il devient un numéro un, et c’est incroyable. C’est probablement la meilleure chose qui puisse vous arriver en tant qu’artiste ou groupe, je pense. Mais en même temps, nous ne nous attendions pas à cela. De nos jours, les gens publient des albums et sortent des trucs tout le temps, tous les jours, et beaucoup de personnes se bousculent au portillon. C’est fou. Je veux dire, l’industrie de la musique a tellement changé, et nous sommes encore jeunes. Nous sommes un jeune groupe, mais nous sommes dans l’industrie de la musique depuis plus de 10 ans maintenant.

Quelles sont les idées fausses que les gens ont encore de Tokio Hotel ?
Bill : Il reste encore des gens qui pensent que nous sommes un groupe inventé ou que nous avons été assemblé par quelqu’un car « ils sont tous si différents », comme si nous étions sorti d’une émission télé ou que nous avions un manager cool à l’arrière-plan. Le groupe a commencé il y a longtemps, et nous sommes ensemble grâce à la musique. En réalité, nous sommes un groupe qui a débuté dans notre ville natale parce que nous aimions la musique. Et nous écrivons notre propre musique et jouons notre propre musique. Nous sommes tous des musiciens. Malheureusement, cela se perd un peu parfois.

Puisque vous avez commencé quand vous étiez jeune, y a-t-il quelque chose que vous aimeriez pouvoir dire à votre jeune « vous » ?
Bill : J’ai l’impression que tout a un sens, et je ne changerais rien du passé. Mais je me serais probablement dit de me détendre et de ne pas prendre trop de responsabilité trop tôt. Je me souviens que quand j’avais 13 ans, je pensais que je pouvais être au taquet et que je pouvais gérer tout cela. J’avais hâte d’avoir mes 18 ans pour pouvoir vivre par moi-même et faire toutes ces choses. J’ai donc pris tout très au sérieux. Et en regardant en arrière, je vois à quel point être innocent et ne pas avoir autant de responsabilités en étant enfant auraient été bien. J’ai toujours voulu ça, mais maintenant j’aimerais me dire de m’amuser et de profiter davantage de mon adolescence.
Tom : Je me serais probablement dit de lire les contrats que j’ai a signé. [tout le monde rit]
Georg : C’est une bonne idée. J’aurais aussi dit cela.

Quels sont vos projets pour 2015 ?
Bill : Nous avons toujours un million de projets, mais je pense que tout se résume à ce que nous pouvons faire pendant l’année. Cette année s’annonce vraiment folle. Nous venons de voir notre emploi du temps pour les premiers mois et en gros, nous serons en répétitions pour mettre en place notre concert. Nous allons faire beaucoup de promotion aux Etats-Unis, puis nous irons visiter le reste du monde et jouer dans tous les pays. Nous créerons aussi de la nouvelle musique et nous planifions de faire un nouvel album.

Traduction par Prinz16

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s