New interview for Bullettmedia.com

After a five-year hiatus since their last album Humanoid, Tokio Hotel is back and better than ever with a new masterpiece titled, Kings of Suburbia. A rapid departure from the band’s carefully crafted emo-punk signature that made them a breakout sensation throughout Germany (before they even hit puberty), Kings of Suburbia kicks off like a rave from Shakespeare’s Midsummer Night’s Dream, transporting the listener through a colorful world of Los Angeles-inspired glamour, vanity, and romance. Kings of Suburbia took five years to record, and is also the first album the band produced independent of a major record label, allowing the members to let loose with an entire arsenal of electro-pop, alternative rock, and EDM. Set to tour Europe later in March, we called up the international princes of punk to discuss making their latest album and the role technology has had on contemporary music.

You guys have a tour coming up fairly soon. What’s been the process of preparing for it?

Bill: Actually, it takes a while. We have a big rehearsal space in Germany where we usually go – we just got a brand new one – we go there and start out by putting together a set list that makes sense and the content for the show, visually that fits what songs we want to play. All the visual stuff comes first, and then we go in and see what we want to do with the songs, and then we arrange the songs with the band. Usually we think about which instruments each of us can play and what we can do, and then we go through the set list and really take it song to song. We would do that for four weeks, and by the end of those four weeks we start dress rehearsal with the whole crew and hit the road.

Tom: (Laughs) The only problem is that we’re really lazy as a band because sometimes on rehearsal days we’ll come in, eat, take a break, sing a song, eat, and take a break again. And then the day’s over!

How does your new album, Kings of Suburbia, differ from your previous work?

Bill: Kings of Suburbia turned out to be way more electronic than the stuff we’ve done before. We kind of took a break after we put out our last album. It turned out to be a longer break than we thought, because we were kind of burnt out and didn’t know what music we wanted to make. We had no inspiration anymore so we kind of had to step back from the career a little bit just to live life and find inspiration for new music. For a year, we didn’t really do anything, and I think that was good because for the first time we had time to produce and write and think. We had no pressure from the record company, which was great, so we really got creative and tried new things. With the time out, our personal tastes also changed and we parties a lot so there was a lot inspired by the LA nightlife and the DJ scene. We started to lay down synths and stuff like that. The turnout was way more electronic, and it was the first time we produced the entire record.

Which gave you a lot more control. What’s the difference once you have all these artistic liberties now at your disposal?

Tom: We really dived in the whole production aspect of it, from pre-production, creating the demo, to the final master. That was really the first time we did that. Once you really dive into the whole process, it takes you a while because once you’re there, you’re searching for samples, you’re creating drums, you’re always in search for the perfect sound. It’s a lot of freedom and it takes a while. In the meantime, we didn’t even have instruments because we just wanted to be on our own in the studio; we did everything. It was really great to do the whole production and decide when you want to work with people and when you don’t.

Bill: And we just took the time this time. The truth is, we never really had time because we were on the road and had to make an album in two weeks.

So the year off was spent songwriting and getting back into the groove of redefining your sound?

Bill: Exactly. We were just living life. We thought we missed out on so much because we had been on the road for so long. Tom and me were living in Europe, that’s why we moved to America… to find that freedom. In Germany, we couldn’t go out to the street because we were so locked up in our house and everything had to do with security. We were so over it and needed that change to be with people and party and go out. Personally, and music wise, it was a good move for us to move to America.

Kings of Suburbia has more of an electronic feel to it. You guys first got together in the early 2000s; how would you describe the evolution of Tokio Hotel’s sound alongside technological advances in the music industry?

Tom: First of all, when we started in the early 2000s, we couldn’t really play our instruments. (Laughs) We were like 12 years old or whatever. When we first started writing songs, we just wanted to go out and perform them. We didn’t care how bad it was, we just wanted to be on stage. It was really fun. The good thing about that is we were on stage and performing live, and that’s what we’ve kept on doing up till today. We played hundreds and thousands of concerts and really enjoyed that. Also finding the right things to transport the electronic sound through the venues isn’t always easy, but something we enjoy.

Bill: We definitely started out with simple instruments, and nowadays we’re trying so many more things. Everyone’s trying something new and even plays different instruments on stage; synths, pianos, and stuff like that.

Tom: The recording has also changed a lot. We started to record on a whole different basis on the last record we put out in 2009, Humanoid. We would have changes in the studio where we would Skype and do recordings over the Internet with our producers sitting in Germany, while we were in L.A. Weird stuff! It was crazy to us that this was possible. All the new techniques and all the new technologies out there give you way more opportunities. I can’t even remember… I think our first record, which we started recording in 2003, we were using Logic 7 or something even earlier than that. It’s crazy how far all these music programs have come.

Bill this question is for you… I’m on the Internet right now looking at this fan site devoted to you. What goes through your head when you see something like that?

Bill: What is it? I want to check it out!

It’s this Wikihow titled, “How to Become a True Bill Kaulitz fan.” It has these steps on how to be just like you, while noting that you don’t have a MySpace or Facebook. It also mentions your tattoos.

Bill: I feel like with our fans it’s crazy how intense they are, and I mean that in a good way. They are just so supportive. That we were even able to take a break as a band for four or five years and that they are still there waiting for our music– that shit’s crazy!

Tom: The ones who tattoo Kings of Suburbia on their arm and stuff like that… I feel like that’s the biggest type of success you can have, if you have people and fans like that who stick with you and like you all these years and go to your shows and buy your music. We appreciate that a lot and are super happy we have it.

Bill: I feel great about it. It can also be hard for a person sometimes, but for the band it’s great.

What’s been your favorite country to play in?

Tom: Whenever we play in South America is great. Mexico’s definitely a lot of fun.

Any specific reason?

Bill: Just because the people are going crazier there! I love that. We were just there for a standing session, and the last time we played our tour there we had to take a break because it was just out of control. Security told us to leave the stage so we had to turn the lights on and we had to leave because there were these huge hoards falling on top of each other. It was absolute craziness! They appreciate the music so much. For an artist, that type of energy is insane.

cropped-tokio-hotel-2014-cms-source1.jpg

Après une pause de cinq ans depuis leur dernier album « Humanoid », Tokio Hotel est de retour et plus en forme que jamais avec un nouveau chef d’œuvre intitulé « Kings Of Suburbia ». Un rapide écart par rapport à la signature emo-punk soigneusement élaboré par le groupe, qui avait fait d’eux une sensation à succès dans toute l’Allemagne (avant même qu’ils n’atteignent l’âge de la puberté), « Kings of Suburbia » commence comme « Le Songe d’une nuit d’été » de Shakespeare, transportant l’auditeur dans un monde coloré de glamour, de vanité et de romance inspiré par Los Angeles. Il a fallu cinq ans pour enregistrer « Kings Of Suburbia », et cet album est aussi le premier que le groupe a produit sans l’intervention d’une grande maison de disques, permettant ainsi aux membres de se lâcher avec un arsenal entier d’électro-pop, de rock alternatif et d’EDM. La tournée aura lieu en Europe plus tard en mars, nous avons appelé les princes internationaux du punk afin de parler de la fabrication de leur dernier album et du rôle que la technologie a eu sur la musique contemporaine.

Vous avez une tournée qui est prévue pour très bientôt. Quel a été le processus de préparation de celle-ci ?
Bill : En fait, cela prend un moment. Nous avons une grande salle de répétition en Allemagne où nous avons l’habitude d’aller – nous venons tout juste d’en acquérir une nouvelle –, nous y allons et commençons par mettre en place une setlist logique et le fond afin que le concert correspond, visuellement, aux chansons nous voulons jouer. Tous les trucs visuels viennent en premier, et ensuite, nous regardons ce que nous voulons faire avec les chansons, et après, nous arrangeons les chansons avec le groupe. Habituellement, nous pensons aux instruments que chacun peut jouer et à ce que nous pouvons faire, et puis, nous épluchons la setlist et prenons chanson par chanson. Nous faisons cela pendant quatre semaines, et vers la fin de ces quatre semaines, nous commençons avec la répétition générale en compagnie de toute l’équipe et après, nous prendrons la route.
Tom : (rit) Le seul problème, c’est que nous sommes un groupe vraiment paresseux car parfois, lors des jours de répétition, nous entrons, mangeons, prenons une pause, chantons une chanson, mangeons et reprenons une pause. Et puis, la journée est terminée !

A quel point votre nouvel album, « Kings Of Suburbia », se différencie-t-il de vos précédents travaux ?
Bill : « Kings Of Suburbia » s’est avéré bien plus électronique que tous les trucs que nous avions fait dans le passé. Nous avons pris une pause après la sortie de notre dernier album. Cela s’est avéré être une pause bien plus longue que prévue, parce que nous étions épuisés et que nous ne savions pas quelle musique nous voulions faire. Nous n’avions plus d’inspiration, nous avons donc pris un peu du recul par rapport à notre carrière pour pouvoir vivre la vie et pour trouver de l’inspiration pour pouvoir créer de la nouvelle musique. Pendant un an, nous n’avons quasiment rien fait, et c’était bien parce que pour la première fois, nous avions le temps pour produire, pour écrire et pour penser. Nous n’avions aucune pression de la part de la maison de disques, ce qui était super, et grâce à ça, nous sommes vraiment devenus créatifs et avons essayé de nouvelles choses. Avec le temps, nos goûts personnels ont aussi changé et nous avons beaucoup fait la fête, il y a donc beaucoup de choses ont été inspiré par la vie nocturne de LA et par le monde des DJs. Nous avons commencé à poser des notes au synthé et des trucs comme ça. La production a été bien plus électronique car ça a été la première fois que nous produisions un album entier.

Ce qui vous a donné beaucoup plus de contrôle. Qu’est-ce qui change une fois que vous avez toutes les libertés artistiques maintenant à votre disposition ?
Tom : Nous nous sommes vraiment plonger dans tout l’aspect de la production de cet album, de la pré-production au master final en passant par la création de la démo. Ca a vraiment été la première fois que nous faisions cela. Une fois que vous vous plongez vraiment dans le processus entier, cela vous prend du temps car une fois que vous y êtes, vous recherchez les échantillons (samples), vous créez la batterie, vous êtes toujours à la recherche du son parfait. C’est beaucoup de liberté et cela prend du temps. En attendant, nous n’avions même pas d’instruments car nous voulions être seul au studio ; nous faisions tout. Ca a vraiment été génial de faire toute la production et de décider quand vous voulez ou non travailler avec des gens.
Bill : Et nous avons pris le temps cette fois. La vérité, c’est que nous n’avons jamais vraiment eu le temps parce que nous étions sur la route et que nous devions écrire un album en deux semaines.

Donc, l’année de congé a été consacré à l’écriture de chansons et à reprendre le rythme pour pouvoir redéfinir votre son ?
Bill : Exactement. Nous avons simplement vécu notre vie. Nous avons pensé que nous avions raté beaucoup de choses car nous avons été si longtemps sur la route. Tom et moi vivions en Europe, c’est pour ça que nous avons déménagé en Amérique… pour pouvoir trouver cette liberté. En Allemagne, nous ne pouvions pas sortir dans la rue car nous étions emprisonnés dans notre maison et tout avait un rapport avec la sécurité. S’en était trop pour nous et nous avions besoin de ce changement pour être avec des gens, pour faire la fête et pour sortir. Personnellement, et question musique, ça a été une bonne chose pour nous de déménager en Amérique.

« Kings Of Suburbia » a plus d’une touche électronique en lui. Vous vous êtes formés au début des années 2000 ; comment décririez-vous l’évolution du son de Tokio Hotel à côté des progrès technologiques dans l’industrie de la musique ?
Tom : Tout d’abord, quand nous avons commencé au début des années 2000, nous ne savions pas vraiment jouer de nos instruments. (rit) Nous avions 12 ans ou quelque chose comme ça. Quand nous avons commencé à écrire des chansons, nous voulions juste sortir et les jouer. Ca nous importait peu si le résultat était mauvais, tout ce que nous voulions, c’était être sur scène. C’était vraiment amusant. Ce qui est bien avec ça, c’est que nous sommes montés sur scène pour jouer en live, et que c’est ce que nous avons continuer à faire jusqu’à aujourd’hui. Nous avons joué des centaines de milliers de concerts et nous avons beaucoup apprécié cela. De plus, trouver les bons filons pour transporter le son électronique dans les lieux n’est pas toujours facile, mais c’est quelque chose que nous apprécions.
Bill : Nous avons commencé avec de simples instruments, et aujourd’hui, nous essayons beaucoup plus de choses. Tout le monde essaie quelque chose de nouveau et joue même avec différents instruments sur scène ; le synthé, le piano, et d’autres trucs dans ce genre.
Tom : L’enregistrement a aussi beaucoup changé. Nous avons commencé à enregistrer sur une base complètement différente comparé à notre dernier album sorti en 2009, « Humanoid ». Nous avons fait des changements au studio, où nous utilisions Skype et où nous faisions des enregistrements via Internet avec nos producteurs se trouvant en Allemagne, alors que nous, nous nous trouvions à LA. C’était bizarre tout ça ! C’était dingue pour nous que des choses comme celles-là soient possible. Toutes les nouvelles techniques et toutes les nouvelles technologies vous donne bien plus de possibilités. Je n’arrive même pas à me rappeler… Je pense que le logiciel que nous avons utilisé pour notre premier album, que nous avons commencé à enregistrer en 2003, était « Logic 7 » ou quelque chose d’encore moins récent que celui-là. C’est dingue à quel point le progrès de tous ces programmes de musique est considérable.

Bill, cette question est pour vous… Je suis actuellement sur Internet et je suis en train de regarder un site de fan consacré à vous. Qu’est-ce qui se passe dans votre tête quand vous voyez un truc pareil ?
Bill : Qu’est-ce que c’est ? Je veux le voir !

Il s’agit d’un Wikihow intitulé « Comment devenir un vrai fan de Bill Kaulitz ». On y trouve des étapes sur comment être comme vous, tout en notant que vous n’avez pas de MySpace ou de Facebook. Ca parle aussi de vos tatouages.
Bill : C’est dingue à quel point nos fans sont intenses, et je dis ça dans le bon sens. Ils sont d’un si grand soutien. Que le groupe ait été capable de prendre une pause de quatre ou cinq ans et qu’ils soient toujours là à attendre notre musique – c’est fou !
Tom : Ceux qui se tatouent « Kings Of Suburbia » sur leur bras et des trucs du genre… J’ai l’impression que c’est le plus grand succès que vous pouvez avoir, si vous avez des gens et des fans comme ça qui reste auprès de vous, qui vous aime depuis toutes ces années, qui se rend à vos concerts et qui achètent votre musique. Nous apprécions beaucoup cela et nous sommes vraiment heureux d’avoir cela.
Bill : J’apprécie énormément. Cela peut aussi être difficile pour une personne parfois, mais pour le groupe, c’est formidable.

Quel est votre pays préféré pour jouer ?
Tom : Toutes les fois où nous jouons en Amérique du Sud sont géniales. Nous avons eu beaucoup d’amusement au Mexique.

Une raison spécifique ?
Bill : Tout simplement parce que les gens sont fous là-bas ! J’adore ça. Nous y avons été pour une « standing session », et la dernière fois, lors de notre tournée, nous avons dû faire une pause parce que c’était devenu incontrôlable. La sécurité nous avait demandé de quitter la scène, nous avons donc allumer les lumières et nous sommes partis car les gens tombaient les uns sur les autres. C’était la folie ! Ils apprécient tellement la musique. Pour un artiste, ce genre d’énergie est dément.

Traduction française par Prinz16

Source: Bullettmedia.com

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s