Deutsche Welle – Tokio Hotel: ‘Small clubs, big parties’

Germany’s most successful teen-pop sensation withdrew from the spotlight for a few years. Now they are launching a new European tour with their latest album, “Kings of Suburbia.” DW met them in Paris.

Tokio Hotel – Touring European clubs

11081385_903553386333908_7892452013837063438_n

Deutsche Welle: You played for a crowd of several hundred thousand people near the Eiffel Tower on French National Day in 2007, yet the clubs you picked for your “Feel It All World Tour” have capacity for a few hundred only. Why are you doing such a small tour?

Bill Kaulitz: We just wanted to try out something completely different from what we’ve done before. It’s much more intimate and creates a special atmosphere you can’t get in big concert halls. We still carry around a tremendous amount of technical gear for these shows. The idea was to transform these places into nightclubs and invite our fans to a big party.

Can you still remember the last time you played on such a small stage?

Tom Kaulitz: No. It’s been such a long time. But that’s exactly the idea. We’ve been planning to do this for so long, even with our previous album, but never managed to. This time we decided to plan it directly, even before the album release. We found it was a good way to start our tour. This is the first part of the world tour, and then towards the end of the year we’ll be doing a bigger tour.

Tom and Bill, you now live in Los Angeles, while Georg and Gustav, you are based in Magdeburg. How do you plan a world tour from a distance?

Bill Kaulitz: We did everything in Berlin. We met there and lived together, so were able to spend the whole day together. We prepared the set list and Tom planned everything in the background. It’s hard to believe how many things need to be prepared. Because our music is more electronic now, we have to plan a lot more to technically reproduce all the sounds from the album.

All your songs on your new album are in English. You had a German and English version of your older songs. Do you take requests from your fans and modify your set list according to where you’re playing?

Bill Kaulitz: Not really. We have one German song on the set list, and we always sing it in German [“Durch den Monsun,” Ed.], because I simply know that the fans like it. But we have to admit that we’re more comfortable singing in English. That’s why all the songs on this album are in English. I wouldn’t exclude writing another song in German, but I don’t want to translate songs anymore. We used to sit down and literally translate every song word for word – it was very technical, and the songs would lose so much along the way.

Why do you sing in English only now?

Bill Kaulitz: We began that quite early. I think it was in 2007. At the time, we translated the German songs into English because of our success abroad. We thought: “OK, they should at least understand us somehow.” And that worked really well and we felt comfortable with it quite quickly. And now that we’re living in the States, our English is a lot better, and I started to really think and write in English. So it just became more natural than to write in German. There’s so many German songs which are really popular in Germany that I find really bad. It can quickly border on kitsch pop. I find it hard to write really cool texts in German. At some point I had the feeling that it didn’t work for me any more. So I’d rather not write any German songs at all than write uncool ones.

Not only the songs changed, your sound did too. What influenced you?

Bill Kaulitz: Many things came together. First of all, we produced our album ourselves for the first time. So we didn’t have to compromise in any way. And then we are all a bit older now, so our taste in music changed as well. We spent a lot of time clubbing and hanging out with DJs, and we love techno music, so that’s how it happened.

And did you two, Georg and Gustav, soak in this club culture too? Do you regularly fly to the US to party?

Georg Listing: That’s about it. You know, the club world in Magdeburg is a little limited, to say the least.

(They all laugh…)

Georg Listing: We went quite a few times to L.A., and Berlin isn’t that far from Magdeburg.

Tom Kaulitz: But even in Magdeburg, if you drink enough in any bar, it can quickly turn into a club. You start seeing shiny lights everywhere!

Georg Listing: You’re right about that.

You’ve been in the spotlight for almost 10 years already. Looking back, are there things you wish you hadn’t done or you’re ashamed of?

Bill Kaulitz: Of course there are things we would do differently today. On the other hand, I wouldn’t erase anything, because we ended up where we are now thanks to our whole history. You obviously learn each time you go on tour, with each concert, with each song, from all your mistakes. But everything we did was authentic. That’s why we don’t have to look back and think: “Someone forced us into things we didn’t want.” We were ourselves at that time, and you can’t regret things if you stay true to who you are.

What about your old outfits or styles?

Tom Kaulitz: I think this happens to a lot of people: when I look at old pictures, I can hardly understand how I could run around dressed like that. If I look at what I’m wearing now in two or three years, I’ll probably think, “yeah right.”

Georg Listing: I can guarantee that already!

Tom Kaulitz: Yet I’m the one with the best style in the band. That didn’t change.

(Tom and Georg laugh.)

In 2010 Bill said in an interview that he and Tom didn’t like each other’s style. Nowadays your looks are somehow more similar, don’t you think?

Tom Kaulitz: Well, I’d say Bill started copying me.

Bill Kaulitz: Oh that’s not true! He used to wear hip hop stuff and always said that would never change. He’d blame me for buying designer clothes. And now he goes to my closet and borrows stuff and even buys the same things.

Tom Kaulitz: That’s a lie. But it’s interesting to get his lies on tape.

Bill Kaulitz: Whatever, it’s true that our styles are more similar now. We do have some exact same clothes, just in different sizes.

And what about you two, Georg and Gustav: you’re not too preoccupied by style?

Bill Kaulitz: Not at all!

(Everyone laughs loudly.)

Gustav Schäfer: Exactly, not at all.

Georg Listing: I just wear clothes that keep me warm.

You’ve been criticized by the tabloids lately. Does that still hurt?

Tom Kaulitz: You get used to it, but it’s still disturbing. The worst thing is that these papers copy each other. That’s obviously annoying. But it’s been that way from the start. It started with our first single, “Monsun.”

Bill Kaulitz: Exactly, it has been following us throughout our career. That was obviously one of the reasons why we took a break for a while. I for instance don’t like celebrities who just run around and are everywhere in the media without doing anything. We don’t want to be part of that. We just want to do music, and the media is part of the deal.

Tom Kaulitz: When I don’t have an album to promote, I don’t want to be in the newspaper either…

Bill Kaulitz: …and when it gets to be too much, we tend to withdraw and avoid publicity until it all cools down a bit, and then we go back to making music. But of course you always hope the media would concentrate on what’s happening onstage, on the songs we write.

Do you have a favorite Tokio Hotel rumor?

Tom Kaulitz: Everything has been written about us. The misreports just keep repeating over and over. We could say that 95 percent of what you read in the newspapers isn’t true. There might be a small element of truth somewhere, but…

Georg Listing: …the rest is invented…

Tom Kaulitz: …pure fiction. We’ve seen everything written about us.

Georg Listing: Dead, pregnant…

Bill Kaulitz: …drug addicts.

What does Tokio Hotel have to say in 2015?

Bill Kaulitz: I think it was really good for us to take a break for a while. The most important thing for us was to tell each other: “We want to make an album, that’ll be fun, that we’re really into.” Not just any album, just for the sake of it. That would sound exactly like the previous one. We wanted to really enjoy what we’re doing. And we managed to do just that. It feels good to be back onstage, and I think people will notice that. You can feel we have a new creative energy in our videos too, in everything we do.

Band Tokio Hotel´. Copyright: Lado Alexi

Le groupe de pop adolescent le plus célèbre d’Allemagne s’est retiré du centre de l’attention pendant quelques années. Ils se lancent maintenant dans une nouvelle tournée européenne avec leur dernier album « Kings of Suburbia ». DW les a rencontrés à Paris.

Deutsche Welle : Vous avez joué devant un public de plusieurs centaines de milliers de personnes sous la Tour Eiffel le jour de la fête nationale française en 2007 ; pourtant, les salles que vous avez choisies pour votre tournée mondiale « Feel It All » ne peuvent accueillir que quelques centaines de personnes. Pourquoi faites-vous une tournée aussi petite ?

Bill : Nous voulions essayer quelque chose de radicalement différent de ce que nous faisions avant. C’est beaucoup plus intime et cela crée une atmosphère que l’on ne peut pas avoir dans de grandes salles de concert. Mais nous transportons toujours une quantité impressionnante de matériel technique pour ces spectacles. L’idée était de transformer ces endroits en boîtes de nuit et d’inviter nos fans à une grande fête.

DW : Vous rappelez-vous encore la dernière fois que vous avez joué sur une si petite scène ?

Tom : Non, ça fait très longtemps. Mais c’est exactement ça l’idée. Nous voulions faire ça depuis longtemps, même avec l’album précédent, mais nous n’en avons jamais eu l’occasion. Cette fois, nous avons décidé d’organiser ça dès le début, même avant la sortie de l’album. Nous trouvions que c’était un bon moyen de commencer notre tournée. C’est la première partie de la tournée mondiale ; vers la fin de l’année nous ferons une tournée plus grande.

DW: Tom et Bill, vous vivez maintenant à Los Angeles, et Georg et Gustav, vous êtes toujours à Magdebourg. Comment préparez-vous une tournée mondiale à distance ?

Bill : Nous avons tout fait à Berlin. Nous nous sommes retrouvés là et avons vécu ensemble, afin de pouvoir passer toute la journée ensemble. Nous avons établi la set-liste et Tom a tout préparé en arrière-plan. C’est difficile d’imaginer tout ce qui doit être préparé. Notre musique est plus électronique, et nous devons donc prévoir beaucoup plus de choses pour reproduire techniquement tous les sons de l’album.

DW : Toutes les chansons de votre nouvel album sont en anglais. Vous faisiez une version allemande et une version anglaise de vos anciennes chansons. Est-ce que vous répondez aux demandes de vos fans et modifiez votre set-liste en fonction de l’endroit où vous jouez ?

Bill : Pas vraiment. Nous avons une chanson allemande sur la set-liste, et nous la chantons toujours en allemand [« Durch den Monsun »], parce que je sais que les fans l’aiment bien. Mais je dois dire que je suis plus à l’aise quand je chante en anglais. C’est pourquoi toutes les chansons de cet album sont en anglais. Je ne dis pas que je n’écrirai pas d’autres chansons en allemand, mais je ne veux plus les traduire. Avant, nous traduisons littéralement chaque chanson, mot pour mot – c’était très technique et les chansons perdaient beaucoup lors de ce processus.

DW : Pourquoi chantez-vous uniquement en anglais à présent ?

Bill : Nous avons commencé cela assez tôt. Je pense que c’était en 2007. À l’époque, nous avons traduit nos chansons allemandes en anglais parce que nous avions du succès à l’étranger. Nous nous sommes dits : « Ok, ils devraient au moins pouvoir nous comprendre. » Et ça a très bien marché et nous nous sommes rapidement sentis à l’aise avec ça. Maintenant que nous vivons aux Etats-Unis, notre anglais s’est beaucoup amélioré et j’ai commencé à réellement penser et écrire en anglais. C’est donc devenu plus naturel que d’écrire en allemand. Il y a beaucoup de chansons allemandes qui ont un grand succès en Allemagne et que je trouve très mauvaises. Ça devient vite de la pop très kitsch. Je trouve ça très difficile d’écrire de chouettes textes en allemand. Au bout d’un moment, je sentais que je n’y arrivais plus. Et je préfère ne pas écrire de chansons en allemand plutôt que d’en écrire qui ne sont pas bonnes.

DW : Il n’y a pas que les chansons qui ont changé, votre son également. Qu’est-ce qui vous a influencés ?

Bill : Beaucoup de choses sont liées. Tout d’abord, nous avons produit notre album nous-mêmes, pour la première fois. Nous n’avons donc dû faire aucun compromis. Et nous sommes un peu plus âgés aujourd’hui, donc nos goûts musicaux ont changé également. Nous avons passé beaucoup de temps dans les boîtes de nuit, avec des DJs, et nous adorons la musique techno ; c’est comme ça que c’est arrivé.

DW : Georg et Gustav, vous êtes-vous également imprégnés de cette ambiance des boîtes de nuit ? Allez-vous de temps en temps aux Etats-Unis pour faire la fête ?

Georg : Tout à fait. Vous savez, les boîtes de nuit de Magdebourg sont assez limitées, c’est le moins qu’on puisse dire. [rires] Nous sommes allés plusieurs fois à L.A., et Berlin n’est pas si loin de Magdebourg.

Tom : Mais même à Magdebourg, dans n’importe quel bar, si tu bois beaucoup, ça peut rapidement devenir une boîte de nuit. Tu commences à voir des points lumineux partout !

Georg : C’est vrai.

DW : Vous êtes sous le feu des projecteurs depuis maintenant presque 10 ans. Avec le recul, y a-t-il des choses que vous aimeriez ne pas avoir faites, ou dont vous avez honte ?

Bill : Bien sûr, il y a des choses que nous ferions différemment aujourd’hui. D’un autre côté, je n’effacerais rien, parce que nous sommes ici aujourd’hui grâce à notre histoire. Tu apprends quelque chose à chaque tournée, chaque concert, chaque chanson ; chacune de tes erreurs t’enseigne quelque chose. Mais tout ce que nous avons fait était authentique. C’est pour ça que, quand nous regardons en arrière, nous ne nous disons pas : « Quelqu’un nous a forcé à faire des choses que nous ne voulions pas. » Nous avons toujours été nous-mêmes, et tu ne regrettes jamais rien si tu restes fidèle à toi-même.

DW : Qu’en est-il de vos anciennes tenues et de votre style de l’époque ?

Tom : Je pense que ça arrive à beaucoup de gens : quand je regarde des vieilles photos, je n’arrive pas à comprendre comment je pouvais me promener habillé comme ça. Et quand je repenserai à mon look actuel dans deux ou trois ans, je le regretterai peut-être aussi.

Georg : Ça, je peux te le garantir !

Tom : Et pourtant je suis le membre du groupe qui a le meilleur style. Ça n’a pas changé. [rires]

DW : En 2010, Bill a dit dans une interview que Tom et lui n’aimaient pas leur style respectif. Aujourd’hui, vos looks sont plus similaires, non ?

Tom : En fait, Bill a commencé à me copier.

Bill : Ce n’est pas vrai ! Avant, il portait des vêtements de style hip hop et disait toujours qu’il ne changerait jamais. Il me reprochait d’acheter des vêtements de marque. Et maintenant, il va dans mon armoire et m’emprunte des choses, et il achète aussi les mêmes choses que moi.

Tom : C’est totalement faux. Mais c’est intéressant de pouvoir enregistrer tes mensonges.

Bill : Mais bon, c’est vrai que nos styles sont plus similaires aujourd’hui. Nous avons parfois les mêmes vêtements, mais de tailles différentes.

DW : Et qu’en est-il de vous deux, Georg et Gustav : vous n’êtes pas trop intéressés par la mode ?

Bill : Pas du tout ! [rires]

Gustav : C’est vrai.

Georg : Je porte juste des vêtements qui me tiennent chaud.

DW : Récemment, vous avez été critiqués par les tabloïds. Est-ce que cela vous blesse encore ?

Tom : On s’y habitue, mais c’est toujours dérangeant. Le pire, c’est que ces journaux se copient entre eux. C’est très énervant. Mais c’est comme ça depuis le début. Ça a commencé dès notre premier single, « Monsun ».

Bill : Oui, ça nous a accompagnés pendant toute notre carrière. C’est évidemment une des raisons pour lesquelles nous avons fait une pause pendant un moment. Personnellement, je n’aime pas les célébrités qui sont dans tous les médias alors qu’elles ne font rien. Nous ne voulons pas faire partie de ça. Nous voulons simplement faire de la musique, mais les médias sont ensuite un passage obligé.

Tom : Je n’ai pas non plus envie d’être dans les journaux quand je ne dois pas faire la promotion d’un album…

Bill : … Et quand ça devient trop oppressant, nous avons tendance à nous retirer et à éviter les médias jusqu’à ce que les choses se calment un peu, puis nous faisons à nouveau de la musique. Mais bien sûr on espère toujours que les médias se concentrent sur ce qui se passe sur scène, sur les chansons que nous écrivons.

DW : Quelle est votre rumeur préférée sur Tokio Hotel ?

Tom : Tout a été écrit sur nous. De fausses déclarations sont faites en permanence. Je dirais que 95% de ce que vous pouvez lire dans les journaux est faux. Il y a peut-être certaines petites choses qui sont vraies, mais…

Georg : … le reste est inventé…

Tom : … de la pure fiction. Nous avons déjà tout lu à notre sujet.

Georg : Mort, attendant un enfant…

Bill : … toxicomanes.

DW : Qu’est-ce que Tokio Hotel voudrait dire en 2015 ?

Bill : Je pense que c’était une très bonne chose pour nous de prendre une pause pendant un moment. La chose la plus importante était de nous dire : « Nous voulons faire un album chouette, que nous aimons vraiment. » Pas juste faire un album parce qu’il le faut. Et qui serait exactement comme les précédents. Nous voulons vraiment apprécier ce que nous faisons. Et nous avons réussi. C’est bon d’être de retour sur scène, et je pense que les gens le remarqueront. On peut également ressentir notre nouvelle énergie créative dans nos vidéos, dans tout ce que nous faisons.

Traduction par *Elena*

Source: DW.de

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s