New interview for Mitteldeutsche Zeitung

Halle (Saale) In the summer of 2005, the teenagers Bill, Georg, Gustav and Tom, from Magdeburg, started a worldwide career with the group Tokio Hotel. Their first title Durch den Monsun has since become a hit, and made them famous from Russia to South America. “Dream Machine” is the tour with which they will come back to Leipzig in the spring of 2017. Anja Förtsch chatted with the brothers Bill and Tom Kaulitz, who have been living in Los Angeles for seven years.
 
Ten years ago, there wasn’t a day we would not hear something from you. It has been rather calm lately. How are you?
Bill Kaulitz: We are fine. We are always in the studio, and are very busy at the moment. There’s not a day we do not work on the album and on new songs, from early morning to late in the evening. We are in a race against the clock. If one does not do it, one would probably creep in the studio for years. Every band and every musician knows that.
 
Will the album be released this year?
Bill: Well, not in 2016 anymore (laughs) but there will be new music.
 
And a new tour?
Bill: It will start in March. We’ll start in London and we will include a lot of new materials. We’ll start in Europe for the first 30 gigs, then we will continue to South America. Starting in London worked well on our last tour, and that is why we keep it this way.
 
You will perform at the Haus Auensee in Leipzig. Have you deliberately chosen smaller venues?
Bill: We have already played in many clubs on the last tour. We’re doing a mix. Our music has changed a lot, it’s much more electronic than it used to be. That is why we transform even small clubs into real nightclubs and parties, to celebrate there. But we also played open airs when the weather would allow it.
Tom: We also played in a church in Hamburg, and did concerts in old theatres. We are always looking for venues where there is simply a cool clash between electronic night club and historical building. We want to keep everything fresh and special.
 
Your hit Durch den Monsun in 2005 has made you famous. Are you still playing it?
Bill: Absolutely! In fact only in English, but in Germany the fans sing in German and we end up being a minority. It is the same for me when I’m going to a concert; one wants to hear the songs with which the artists have become famous. “Monsoon” is part of the show, it still touches us after all those years. The song has changed our lives so radically that it is simply a part of us..
 
Bill, you have been going solo recently: your own music, a film in black and white, a photo book, you even wanted to go into fashion. Are you going to concentrate yourself less on music and more on other projects in the future?
Bill: We always do what we want. We find ourselves in all areas. For me, fashion and photography especially. I also love to do my own stuff and always keep it running side by side. Next month, I will finally bring my own fashion pieces on the market. There will soon be a movie in theatres about the band that you might also be interested in. There are definitely many projects on which we are working alongside. We are as a band at a point from where we only make the things we really want to do at 1000%. Everything else is always less cool. Uh, important. (Laughs).
Tom: Less fun (laughs)!
 
You have changed a lot too. Bill, you have already tried almost everything: long and short hair, black, blond, rose. Tom, you had dreadlocks at first, then rastas, now a bun and a beard. At which point fashion and style are important?
Bill: For georg, it is extremely important, for Tom and me it plays a supporting role (laughs). No, that’s nonsense, in fact it is a part of us. Fashion is my biggest passion with music. This is for me a form of expression, a form of freedom. Fashion, the costumes, the hair, one does not come without the other. I don’t see myself as someone who makes music around a campfire with a guitar. It is the same for the group. Our claim is to offer a real show. To create an experience that one can’t forget. And this always goes beyond the music.
 
You come from Magdeburg, and have been living for several years in Los Angeles. What links do you keep with your home country?
Bill: Tom and I always come back to Germany for Christmas, to see our family and friends. Since we are no longer living in Germany, we enjoy it quite differently. We now return with much more pleasure, and we are now inspired very differently by Germany. At the beginning of the year, we were in Berlin-Kreuzberg, where we laid the foundation for the new album in the studio. For the first time we were really inspired by a German city. So far we have always wanted to go to other countries and to other cities to create songs. But we also like to live anywhere. We love to travel and we want to go to India and Thailand. For us it is absolutely important to always be on the road.
 
Do you follow the political developments in the country from Los Angeles? The rise of the AfD and the right-wing populist?
Bill: Yes, absolutely! These are things that reach us and move us. This makes us angry and makes us sad and speechless. Especially when we see the results in Saxony-Anhalt, where we come from and where we grew up. The fact is the AfD in Germany fuels hatred by taking advantage of fear, and it’s happening everywhere in the world. In America too it’s the same, with Donald Trump. It affects us
English translation by THCanada
Source: MZ-Web.de

………………..

Halle (Saale) A l’été 2005 les ados Bill, Georg, Gustav et Tom, originaires de Magebourg,ont commencé une carrière mondiale avec le groupe Tokio Hotel. Leur premier titre Durch den Monsun est depuis un hit et les a rendus célèbres de la Russie à l’Amérique du Sud. La tournée s’appelle Dream Macine, pendant laquelle ils viendront également à Leipzig au printemps 2017. Anja Förtsch a discuté avec les frères Bill et Tom Kaulitz, qui vivent depuis sept ans à Los Angeles.

Il y a dix ans il ne se passait pas une journée sans que l’on entende parler de vous. Ces derniers temps c’est plutôt devenu calme. Comment allez-vous ?
Bill Kaulitz: nous allons bien. Nous sommes tout le temps en studio, nous sommes très occupés en ce moment. Il n’y a pas une journée où nous ne travaillons pas sur l’album et sur de nouvelles chansons de tôt le matin à tard le soir. Nous nous sommes lancés dans une course contre la montre. Si on ne fait pas ceci, nous pourrions rester des années enfermés en studio. Chaque groupe et artiste connait cela.

Est-ce que l’album sortira cette année ?
Bill : alors en 2016, non, plus maintenant (rit) Mais il y aura de nouvelles musiques.

Et une nouvelle tournée ?
Bill : elle commencera en mars. Nous allons commencer à Londres et nous allons y inclure beaucoup de nouveaux matériaux. En Europe nous allons commencer par les 30 premières dates, ensuite nous continuerons en Amérique du Sud. Commencer à Londres, ça nous a porté chance lors de la dernière tournée, c’est pourquoi nous avons conservé cela.

A Leipzig vous jouerez à la Haus Auensee. Vous êtes vous aussi décidés pour des salles plus petites ?
Bill : nous avons déjà joué dans beaucoup de clubs lors de la dernière tournée. Nous faisons un mix. Notre musique a aussi beaucoup changé, elle est beaucoup plus électronique qu’elle ne l’a été avant. C’est pourquoi cela nous a parut évident de métamorphoser des clubs en vrais night-clubs et d’y faire la fête. Nous avons joué en plein air quand le temps le permettait.
Tom : nous avons aussi joué ans une église à Hambourg ou dans de vieux théâtres. Nous cherchons toujours des endroits où il y un lien génial entre des clubs électro et des bâtiments historiques. Nous voulons que tout reste nouveau et spécial.

Votre hit Durch den Monsun en 2005 vous a rendu célèbres. Est-ce que vous le jouez encore ?
Bill : absolument ! En fait seulement en anglais, mais en Allemagne les fans nous mettent parfois en minorité quand ils chantent en allemand. Il en est de même pour moi quand je vais à un concert : on veut entendre les chansons avec lesquelles les artistes sont devenus célèbres. Monsun est une partie du concert, qui nous remue toujours après toutes ces années. Cette chansons a tellement changé nos vies, qu’elle est devenue aussi une partie de nous.

Bill, vous vous êtes lancés en solo récemment: vos propres musiques, un film en noir et blanc, un livre photo, vous voulez aussi vous lancer dans la mode. Allez vous vous concentrer moins sur votre musique et davantage sur d’autres projets ?
Bill: nous ne faisons que ce que nous avons envie de faire. Nous vivons notre vie dans plusieurs domaines. Pour moi c’est la mode et la photo. Je m’occupe avec plaisir de mon projet solo et j’y travaille toujours en parallèle. Le mois prochain je sortirai enfin ma propre ligne de vêtements. Il y aura également bientôt un film sur le groupe au cinéma.
Il y a bien sûr beaucoup de projets dans lesquels nous pouvons nous développer et sur lesquels nous travaillons en parallèle. Nous sommes à un point dans le groupe, où nous faisons seulement les choses que nous avons envie de faire à 1000%.Tout le reste est toujours moins cool. Ah, important !
Tom : moins cool aussi !

Vous avez aussi beaucoup changé. Bill, vous avez déjà presque tout testé : longs cheveux, courts, noirs, blonds, roses. Tom, vous avez d’abord eu des dreads, ensuite des rastas, maintenant un chignon et une barbe. A quel point la mode et le style sont importants ?
Bill: pour Georg c’est extrêmement important, pour Tom et moi ça joue un second rôle (rit). Non, ce sont des bêtises, en fait ça fait partie de nous. La mode est ma plus grande passion avec la musique. C’est pour moi une forme d’expression, une forme de liberté. La mode, les costumes, la coiffure, l’un ne va pas sans l’autre.
Je ne me vois pas comme quelqu’un qui fait de la musique autour d’un feu de camp avec une guitare. Il en va de même pour le groupe. Notre revendication est de proposer un vrai show. De créer une expérience qu’on ne peut pas oublier. Et ça tient toujours à la musique.

Vous venez de Magdebourg, et vivez depuis plusieurs années à Los Angeles. Quels liens gardez-vous avec votre pays d’origine ?
Bill : Tom et moi revenons toujours en Allemagne pour Noël, pour voir la famille et les amis. Depuis que nous ne vivons plus en Allemagne, nous en profitions autrement. Nous revenons maintenant beaucoup plus avec plaisir, et nous sommes inspirés de manière très différente par l’Allemagne maintenant.
En début d’année nous étions à Kreutzberg à Berlin en studio, et nous avons posé les fondations du nouvel album. Pour la première fois nous avons été de nouveau inspirés par une ville allemande. Jusqu’à maintenant nous voulions toujours être dans d’autres pays ou villes pour écrire des chansons. Mais nous vivons partout facilement. Nous aimons les voyages et nous voulons absolument aller en Inde et en Thaïlande. Pour nous c’est vraiment important d’être toujours sur les routes.

Suivez vous aussi depuis Los Angeles l’évolution politique de l’Allemagne ? La montée de l’AfD ou des populistes de droite ?
Bill : oui absolument ! Ce sont des choses qui nous atteignent et nous remuent. Ça nous met en colère et nous rend triste et sans voix. Surtout quand on voit les résultats en Sachsen Anhalt, d’où nous venons et où nous avons grandi. Le fait que l’AfD en Allemagne alimente la haine en tirant profit de la peur des gens, ça se passe partout dans le monde. En Amérique aussi c’est la même, avec Donald Trump. Ça nous touche.

Traduction française par la Street Team France
Source: MZ-Web.de

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s